Anne Frank

Publié le par nc

 

Anne Frank, seconde fille d'Otto Heinrich Frank et d'Edith Holländer, naquit le 12 juin 1929 à Francfort-sur-le-Main en Allemagne. Elle eut une sœur nommée Margot
la famille vécut dans une communauté mixte de citoyens juifs et non-juifs, et les enfants grandirent en côtoyant des amis de confession catholique, protestante et juive. Les Frank étaient juifs réformistes. Otto Frank, ancien officier allemand décoré pendant la Première Guerre mondiale.

En mars 1933, les élections pour renouveler le conseil municipal de Francfort virent le parti Nazi d'Adolf Hitler l'emporter. Des manifestations antisémites eurent immédiatement lieu, et les Frank commencèrent à craindre pour leur sécurité s'ils restaient en Allemagne. Otto Frank reçu une offre pour démarrer une affaire à Amsterdam, il s'y rendit pour organiser la société et préparer la venue de sa famille.
En février 1934, Edith et les enfants arrivèrent à Amsterdam et les deux filles furent inscrites à l'école ; Margot dans une école publique et Anne dans une école montessorienne.
En 1939, la mère d'Edith vint vivre avec les Frank et resta avec eux jusqu'à sa mort en janvier 1942.
En mai 1940, l'Allemagne envahit les Pays-Bas. Le gouvernement d'occupation commença à persécuter les Juifs en instaurant des lois répressives et discriminatoires, et l'inscription obligatoire et la ségrégation des Juifs s'ensuivit rapidement.
Pour son treizième anniversaire le 12 juin 1942, Anne reçut un petit carnet qu'elle avait montré à son père dans un magasin quelques jours plus tôt, elle l'appela "Kitty". Elle commença à y écrire presque immédiatement, se décrivant personnellement, décrivant sa famille et ses amis, sa vie à l'école, les garçons avec lesquels elle flirtait et les endroits du voisinage qu'elle aimait visiter. elle explique les changements dont elle a été témoin depuis le début de l'occupation allemande et elle lista quelques restrictions et persécutions qui bouleversèrent la vie de la population Juive d'Amsterdam.

L'image “http://www.annefrank.org/upload/Kinderjaren/P8AnneFrank16.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

En juillet 1942, Margot Frank reçut son avis de mobilisation du Bureau central de l’immigration juive lui ordonnant de se présenter pour être relogée dans un camp de travail. Otto avait préparé un plan avec ses employés les plus fidèles. La famille devait aller se cacher dans des pièces au-dessus et à l'arrière des bureaux de la société
Le matin du 6 juillet 1942, la famille alla s'installer dans la cachette. Leur appartement fût laissé dans un désordre apparent pour donner l'impression qu'ils étaient partis soudainement, et Otto Frank laissa une note indiquant qu'ils s'en étaient allés en Suisse.
L'annexe était un espace à trois niveaux à l'arrière du bâtiment auquel on accédait par un palier situé au-dessus des bureaux de la société Opekta.
Victor Kugler, Johannes Kleiman, Miep Gies et Bep Voskuijl étaient les seuls employés qui savaient que la famille Frank se cachait et, avec Jan Gies le mari de Miep et Johannes Hendrik Voskuijl le père de Bep, les ont aidés pendant la durée de leur confinement. Ils ont subvenu à tous leurs besoins, assuré leur sécurité et les ont ravitaillés en nourriture. Ils étaient tous conscients du fait qu'ils encouraient la peine de mort s’ils étaient pris à cacher des Juifs.
À la fin du mois de juillet, la famille Frank fut rejointe par la famille van Pels : Hermann, Augusta, et leur fils Peter âgé de 16 ans, puis en novembre par Fritz Pfeffer, un dentiste et ami de la famille. Anne écrit son plaisir d'avoir des nouvelles personnes à qui parler, mais des tensions survinrent rapidement dans le groupe, forcé de vivre dans un environnement restreint.
Le matin du 4 août 1944 l'Annexe fut envahie par les services de sécurité de la police allemande suite à l’indication d'un informateur qui n'a jamais été identifié. Les occupants furent embarqués dans des camions et emmenés pour être interrogés. Victor Kugler et Johannes Kleiman furent emportés puis mis en prison, Miep Gies et Bep Voskuijl étant laissés en liberté. Plus tard ils revinrent à l'Annexe où ils trouvèrent les écrits d'Anne, plus de 300 pages manuscrites, éparpillées sur le sol. Ils les récupérèrent ainsi que plusieurs albums de famille et Gies décida de les rendre à Anne après la guerre.

Les occupants de l'Annexe furent transportés au quartier général de la Gestapo où ils furent interrogés et détenus toute la nuit. Le 5 août ils furent transférés à la Huis van Bewaring, une prison surpeuplée sur le Weteringschans. Deux jours plus tard les huit prisonniers juifs furent transportés à Westerbork, un camp de transit situé aux Pays-Bas.
Le 3 septembre, le groupe fut déporté avec ce qui fut le dernier convoi de Westerbork vers le camp d'extermination d'Auschwitz. Ils y arrivèrent dans la nuit du 5 au 6 septembre 1944, après un voyage de trois jours, puis furent séparés selon leur sexe
Anne fut forcée de se dévêtir pour être désinfectée, avoir sa tête rasée au plus court et enfin être tatouée avec un numéro d'identification sur son bras. Le jour, les femmes étaient utilisées comme travailleuses esclaves ; la nuit, elles étaient enfermées dans des baraquements bondés et glacials. Les maladies foisonnaient et Anne devint sérieusement infectée par la gale.
Le 28 octobre, de nouvelles sélections commencèrent parmi les femmes pour être relogées à Bergen-Belsen. Plus de 8000 d'entre elles, dont Anne, Margot Frank et Auguste van Pels, furent ainsi déplacées, mais Edith Frank resta à Auschwitz.
En mars 1945, une épidémie de typhus se propagea dans le camp, tuant environ 17 000 prisonniers. Des témoins certifièrent que Margot tomba de sa couchette dans son état de faiblesse extrême et succomba au choc, et que quelques jours plus tard Anne mourut à son tour.

Après la guerre, il fut estimé que sur les 110 000 juifs déportés des Pays-Bas pendant l'occupation nazie, seuls 5 000 avaient survécu.
Edith Frank, la mère d’Anne, tomba malade et mourut de faim et d'épuisement à Auschwitz-Birkenau le 6 janvier 1945. Hermann van Pels fut gazé en septembre 1944 à Auschwitz-Birkenau, Fritz Pfeffer tomba malade et mourut d'épuisement le 20 décembre 1944 à Neuengamme, Augusta van Pels mourut en avril 1945 à Theresienstadt, Peter van Pels mourut le 5 mai 1945 dans le camp de Mauthausen. Seul Otto Frank, le père d'Anne, survécut au camp d'extermination d'Auschwitz. Il décéda à Bâle en 1980 à l'âge de 91 ans. Après la guerre, lorsqu'il n'y eut plus de doutes sur le décès d'Anne, Miep Gies lui donna le journal de sa fille qu'il fit éditer sous le titre de Le journal d'Anne Frank

Publié dans biographie

Commenter cet article