les iles gilbert

Publié le par nc

La guerre du Pacifique reposait en bonne partie sur l'aviation. Mais les avions ont besoin d'aérodromes et toutes les îles dont la géographie permettait d'en construire un avaient été prises par les Japonais en 1942.

Lors de la reconquête du Pacifique par les Américains, toutes les îles furent reprises après de violents combats.Tarawa est un atoll faisant partie des îles Gilbert, il est situé à environs 4 000 km au sud-ouest d'Hawaï. Sa position est stratégiquement capitale pour la reconquête du Pacifique Centre, les Japonais le savent et après les défaites de Midway et de Guadalcanal, ils sont méfiants. Les îles Gilbert avaient été plus fortifiées que toutes les autres îles du Pacifique.

 L'amiral Keiji Shibasaki, commandant de l'île Betio avait reçu des pièces d'artillerie lourde que ses compatriotes avaient capturé lors de la prise de Singapour. L'île de Betio est la plus grande île de l'atoll, avec ses 4,8 km de long et 800 m de large. Les Japonais y avaient bâti un aérodrome et y avaient placé une garnison de 4 700 hommes. La 2e division de Marines, soit 18 600 hommes, fut chargée de prendre l'île. L'opération fut déclenchée à l'aube du 20 novembre, après trois heures de bombardement par l'aéronavale et la marine américaines.Il y a eu une erreur de calcul à propos des marées, résultat : les péniches de débarquement tombent ses des hauts-fonds à 800 m de la rive et les hommes sont forcés de descendre. Ils ont de l'eau jusqu'aux hanches, avancent lentement, marchent sur du corail tranchant, n'ont aucun endroit où se cacher et sont sous le feu nourri des Japonais. C'est un véritable massacre
Sur l'île de Makin, le débarquement se passe bien et les pertes sont légères, les autres îles seront envahies par des petits groupes d'assauts transportés dans des sous-marins, car elles sont beaucoup moins bien défendues.Après une heure, une partie des Marines arrivent à la plage de Betio, ils sont maintenant coincés entre une petite bute de sable et l'océan, sans aucun support car les véhicules amphibie ne purent se rendre bien loin ;beaucoup s'échouèrent sur les barrières de corail. La bataille dure toute la journée
Le lendemain matin, d'autres péniches et des chars amphibies arrivent en renfort, cette fois-ci en tenant compte de la marée et des hauts-fonds. L'offensive reprend, mais se transforme vite en des combats de groupes. Les Japonais sont repartis sur toute l'île, en petites poches et se battent jusqu'au dernier homme, jusqu'à la dernière balle. Les Américains commence à comprendre que le fanatisme japonais augmentera sans cesse tant qu'ils se rapprocheront du Japon. Ce furent des opérations comme celle-là qui convinrent les généraux américains qu'une invasion du Japon serait excessivement coûteuse en vies humaines et en matériel,et qui précipitèrent l'utilisation de la bombe atomique. Le 23, les Japonais ont épuisé leurs munitions et leurs forces, ils se battent avec l'énergie du désespoir, comme si le monde allait s'écrouler si Betio tombait aux mains des Américains.
A la fin de la journée, les îles sont prises, les bilans se font. 1 500 Américains avaient été tués et autant blessés. Des 4 800 japonais présents sur Tarawa, 17 furent fait prisonniers, les autres y avaient laissés leur vie

Publié dans le 20 eme siecle

Commenter cet article