la 3eme coalition

Publié le par nc

En avril 1805, le Royaume-Uni et la Russie concluent un traité visant à expulser la France de Hollande et de Suisse. Après l’annexion de Genève et la proclamation de Napoléon comme roi d’Italie, l’Autriche rejoint la coalition. Le 9 août 1805, le royaume de Naples et la Suède rejoignent la troisième coalition formée contre la France.
Napoléon prépare au camp de Boulogne l’invasion des Îles britanniques, invasion qui demande la maîtrise de la Manche. L’Autriche envahit la Bavière avec une armée de 70 000 hommes commandée par Mack.
Napoléon repousse le débarquement, et se tourne contre ses ennemis du continent. Fin juillet, la Grande Armée se dirige sur l’Autriche. Au siège puis à la bataille d'Ulm (du 25 septembre au 20 octobre), Napoléon vainc Mack par une brillante manœuvre d’encerclement. Avec l’armée autrichienne au nord des Alpes vaincue et, au sud des Alpes, l’armée sous le commandement de l’archiduc Charles qui affronte Masséna sans résultats concluants, Napoléon occupe Vienne. Mais l’amiral Villeneuve est défait à la bataille du cap Finisterre et s’enferme à Cadix, avec la flotte franco-espagnole. Cette flotte est à nouveau vaincue à Trafalgar le 21 octobre, bataille qui met fin aux projets d’invasion du Royaume-Uni.
Napoléon bat une armée austro-russe supérieure en nombre commandée par Mikhail Koutouzov, et les empereurs François II et Alexandre Ier de Russie à la bataille d'Austerlitz. Le 2 décembre, Napoléon détruit l’armée combinée de l’Autriche et de la Russie dans ce qui est considéré comme sa plus grande victoire. L’Autriche signe le traité de Presbourg : elle abandonne la coalition, qui est dissoute, et cède Venise au royaume d'Italie (dont Napoléon porte la couronne) et le Tyrol à la Bavière.
Le retrait de l’Autriche provoque une pause dans la guerre. L’armée napoléonienne compte un nombre de victoires impressionnant, mais l’armée russe est à peine entamée.

Publié dans periode napoleon

Commenter cet article