operation epsom

Publié le par nc

Le dimanche 25 juin 1944, une division blindée et deux brigades blindées indépendantes Anglos-Canadiennens appartenant au 8ème Corps, composées de près de 60 000 hommes et 600 chars, attaquent à l'Ouest de Caen.la 49ème Division d’Infanterie Britannique attaque Fontenay-le-Pesnel mais les fanatiques Jeunesses Hitlériennes, se battent jusqu'à la mort. Les pertes sont élevées des deux côtés du front.

 Le lendemain, la 15ème Division d'Infanterie Ecossaise, épaulée par des chars Churchill de la 31ème Brigade Blindée Britannique passe également à l'attaque. Saint-Manvieux-Norrey, situé à proximité de Carpiquet et de son précieux aéroport, est libéré par la 44ème Ecossaise après de furieux combats qui se terminent parfois au corps à corps.
La localité de Cheux, directement au Sud-Ouest de Saint-Manvieux-Norrey, est libérée dans la foulée par la 15ème Division d'Infanterie Ecossaise, tandis que le premier pont sur l'Odon est capturé par les forces Alliées.
Le Général allemand Rommel, qui comprend l'importance stratégique du village de Cheux, situé à un carrefour de plusieurs autres villages, ordonne à divers troupes SS de quitter la région de Saint-Lô pour porter secours aux soldats de la Hitlerjugend, submergés par l'infanterie Ecossaise. Mais la supériorité aérienne Alliée est telle qu'aucun vaste mouvement allemand n'est possible en journée, sous peine d'être impitoyablement bombardé.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/50/Scotishadvanceepsom.jpg/200px-Scotishadvanceepsom.jpg

 Le 8ème Corps Britannique doit à tout prix s'emparer de la cote 112, une hauteur qui domine une large partie de la région de l'Odon. Mais cette position stratégique est fermement défendue par les Allemands qui refusent d'abandonner le point clé de la région. Les premiers assauts Britanniques se soldent par des échecs et rapidement, les navires Alliés interviennent pour soutenir les troupes du 8ème Corps en bombardant la cote 112. Les Ecossais reprennent leur marche, appuyés par l'artillerie navale et tente de percer les défenses allemandes.
Le 27 juin, la 49ème Division d'Infanterie Britannique, après de durs combats, parvient à libérer le village de Raurey. La 15ème Division d'Infanterie Ecossaise, après avoir sécurisé le village de Cheux, se dirige vers les ponts sur l'Odon, objectifs majeurs de l'Opération Epsom. Mais elle est ralentie par les défenseurs de la Panzer Lehr qui refusent de perdre plus de terrain. Les pertes Alliées sont très importantes.
Des éléments avancés de la 15ème Division d'Infanterie Ecossaise parviennent toutefois à établir une tête de pont sur la rive droite de l'Odon, atteinte au niveau du pont de Tourmanville. D'autres éléments de cette division, ainsi que la 11ème Division Blindée, traversent le pont et attaquent le point stratégique de la cote 112.
Au soir du 27 juin, les Ecossais ont percé le front allemand sur près de 10 kilomètres de profondeur
Le 28 juin, les généraux Rommel et von Rundstedt sont en Allemagne, ayant été convoqués par Hitler pour discuter de la situation actuelle en Normandie. Leur remplaçant, le Général Dollman, lance ses dernières forces dans l'attaque. En effet, la 11ème Division Blindée se dirige vers la cote 112 en libérant les carrefours importants le long de la rivière Orne.
la 15ème Division d'Infanterie Ecossaise libèrent le village de Gravus sur la rive droite de la rivière Odon et capturent ses deux ponts, tandis que le 23ème Hussars libère la localité de Baron-sur-Odon qui se situe sur la route vers la cote 112, qui est atteinte par la 8ème Riffle Brigade et les chars du 3ème RTR en début d'après-midi.
Le 44ème RTR et le 2ème KRCC poursuit sa progression jusqu'au village d'Evrecy mais il doit se replier, suite à la contre-attaque des 9ème et 10ème SS Panzer Division qui attaquent le flanc Ouest Britannique.

Map of Op EPSOM

Le 29 juin, les Ecossais de la 15ème Division d'Infanterie sécurisent la zone des environs de Gravus, mais la Panzer Lehr allemande oppose une très forte résistance de durs combats s'engagent à l'arme lourde et les Ecossais ne doivent leur salut qu'à l'intervention systématique des forces aériennes Alliées les chars allemands sont anéhantis par les avions américains et Britanniques
La 11ème Division Blindée Britannique, qui se replie depuis la veille au soir, quitte la position stratégique de la cote 112. Le Lieutenant-Général Dempsey, craint une contre-attaque massive des forces Hitlerjugend ,préfère replier les chars de la 11ème Division Blindée sur la rive gauche de l'Odon. Seuls les hommes du 4th King’s Shropshire Light Infantry défendent la position. Les Allemands profitent de l'occasion pour reprendre la cote 112, et de durs combats s'y engagent à nouveau

Le Général Montgomery s'inquiète de la tournure de son opération et pense alors à un possible arrêt d'Epsom dans les jours qui suivent.
La 21ème Panzer Division allemande attaque quant à elle le flanc Est Britannique et de nombreux soldats de la 159ème Brigade Britannique sont encerclés dans les environs du village de Mouen, au Nord de Baron-sur-Odon et sur la rive droite de la rivière Odon.
Mais la contre-attaque organisée par le Général Dollman et visant à récupérer la cote 112 tourne au massacre pour les soldats allemands qui doivent se replier, suite à la lourde défaite imposée par les hommes de la 11ème Division Blindée Britannique, qui se replie elle-même immédiatement sur la rive gauche de l'Odon. Epouvanté par ce revers, le Général Dollman se suicide dans la nuit du 28 au 29 juin.
Le Général Montgomery ordonne l'arrêt de l'Opération Epsom. Les forces Britanniques campent leur positions et n'avancent plus. Ils doivent repousser les contre-attaques allemandes, notamment dans les environs du village de Baron-sur-Odon, qui se soldent par un échec pour les troupes de la Panzer Lehr. L'aviation Alliée neutralise les colonnes allemandes encore en mouvement et l'artillerie Britannique établit des tirs de barrage devant les positions défensives Ecossaises et Anglaises.

http://content.answers.com/main/content/wp/en-commons/thumb/1/1f/200px-Operationepsom.jpg

les trois divisions engagées comptent plus de 4000 hommes tués, blessés, disparus ou faits prisonniers entre le 25 juin et le 30 juin 1944. Les pertes allemandes sont également importantes, mais l'Opération Epsom reste un échec sur le plan stratégique, car si les troupes Canadiennes et Britanniques ont progressé de 10 kilomètres en cinq jours, le front n'est toujours pas véritablement percé et la situation reste extrêmement fragile

Publié dans le 20 eme siecle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article