l'histoire du char de combat

Publié le par nc

Le char de combat  est une arme qui est apparue pendant la Première Guerre mondiale. Elle est constitué d'un canon monté sur un véhicule automobile : ceci permet à la fois de le rendre mobile et de protéger les servants par un blindage.

Première Guerre Mondiale : la naissance des blindés 
 

En 1912, un inventeur civil australien, L.E. de Mole, présenta au ministère de la Guerre britannique le projet d’un engin blindé à chenilles . Bien que le projet de cet ingénieur arrivât au bon moment, il fut bizarrement rejeté.


Quelques mois après le début de la Première Guerre mondiale, en octobre 1914, une solution équivalente avait été proposée par le colonel Swinton de la British Army. Une visite au front l’avait convaincu que la combinaison de la guerre des tranchées et de la mitrailleuse exigeait un véhicule armé, blindé et à chenilles.

Ce projet atterrit sur le bureau de Winston Churchill, alors Premier lord de l’Amirauté, qui en comprit l’intérêt et constitua un comité pour l’étude de ces prototypes.De manière tout à fait indépendante, les Français, sous la conduite du général Estienne, développaient leurs propres versions d’un engin blindé, le Char Schneider CA1L'image “http://www.spartacus.schoolnet.co.uk/FWWchar.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

testé en février 1916, puis le Char Saint Chamond.http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/59/Char_St_Chamond_tank.jpg/250px-Char_St_Chamond_tank.jpg

Quand l’engin idéal fut enfin mit au point, sa production démarra. L’idée était d’utiliser en masse ces blindés pour provoquer un coup de théâtre militaire. Du côté britannique, le général Haig était si impatient de gagner du terrain pendant la bataille de la Somme, qu’il voulut disposer des premiers 60 engins disponibles. Leur apparition provoqua bien évidemment la surprise générale.

Les chars Mark I étaient conçus pour franchir une tranchée de près de 4 m de largeur et un obstacle de plus de 1 m de haut, ils faisaient 8 m de long et 4 m de large. Pesant près de 30 tonnes, leur vitesse de pointe était à peine supérieure à celle d’un homme au pas. L’équipage comprenait 8 hommes, dont 2 en charge de manœuvrer chaque chenille. Leur autonomie ne dépassait pas 40 km et environ tous les 80 km, les chenilles devaient être remplacées.

Sur la Somme, ces blindés n’apportèrent rien de décisif à l’issue des combats. En outre leur performance décevante ne fit qu’accroître le mépris des officiers conservateurs.

« Mes pauvres Land Ships ont été lâchés prématurément et à une échelle trop médiocre, il y avait pourtant une vraie victoire derrière cette idée », se lamentait Churchill.

Swinton fut démis de ses fonctions de chef des unités de blindés britanniques. Après la Somme, le ministère de la Guerre essaya d’annuler une commande de 1 000 nouveaux blindés et quand certains d’entre eux s’envasèrent dans les marais de Passchendaele, il en profita pour baisser la production de 4 000 à 1 300 chars.

« Au lieu de mettre en doute son propre jugement, commenta l’historien militaire britannique sir Basil Liddell Hart, l’état-major perdit progressivement toute confiance dans les tanks. »

La bataille de Cambrai, en novembre 1917, révéla enfin la puissance des blindés à ceux qui avaient des yeux pour voir. Mais certains officiers préférèrent rester aveugles. Et il fallut encore une longue année aux généraux pour réaliser que les chars avaient définitivement supplanté les armes, les principes et les tactiques de naguère.

L’armée allemande fut très en retard en ce domaine et seulement 20 chars A7V, des boîtes blindées peu manœuvrantes, furent construits en 1918. A noter que lors de sa première grande opération indépendante lors de la bataille de Saint-Mihiel en septembre 1918, l’US Army engagea 267 chars, tous de fabrication françaises dont des FT-17 Renault FT-17 tanks

qui fut le char le plus produit de cette époque, sous le commandement du lieutenant-colonel George Patton qui s’illustra pour son action durant la Seconde Guerre mondiale.

La Seconde Guerre Mondiale

la seconde guerre mondiale a vu une série d'avances dans la conception des chars. l'Allemagne, par exemple, a  commencer a faire des tanks légèrement blindés et armés, tels que le Panzer I, qui avait été prévu pour l'usage de soutien de l'infanterie . Ces char ainsi que d'autres véhicules blindés étaient un élément important de la Guerre éclair. Cependant, ils ont souffert  contre les chars Soviétique T-34

L'image “http://www.communisme-bolchevisme.net/images/war_soviet_IS2%20122_1944.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

qui était supérieur dans le blindage, l'armements et la maneuvre tout en étant aussi rapide. Vers la fin de la guerre toutes les pays avaient considérablement augmenté la puissance de feu et l'armure de leurs char . Une autre avance importante  était l'introduction de systèmes améliorés de suspension. La qualité de la suspension limite non la vitesse à laquelle le char peut se deplacer, mais empêche également de tirer tout en se déplaçant.l a plupart des char ont été équipés des radios . Des châssis de chars ont été adaptés à differend travaux militaires, y compris le déminage . Toutes les puissances ont également développé des armes specialise dans la destrucion de char d'assaut . les tourelles, qui n'étaient pas un dispositif universel sur les chars, ont été identifiées en tant qu'emplacement le plus efficace du canon principal.

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/image/OuestSaumurTigreRy.jpg

Après la Seconde Guerre Mondiale

Durant la guerre froide, le bloc communiste avec pas moins de 60 000 chars dans l’Armée rouge auxquels il faut ajouter de 2 à 5 000 chars pour chacune des forces des pays satellites comme l’Armée nationale populaire : est-allemande ou l’armée bulgare. Dans l'otan , on comptait 12 000 blindés dans l’US Army, 4 000 dans la Bundeswehr, 1 200 dans l’armée française, 900 dans la British Army, 1 100 dans l’armée grecque.

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les guerres israélo-arabe et les guerres du golfe ont vu se déployer des milliers de blindés dans des batailles qui peuvent rivaliser avec celle de la Seconde Guerre mondiale. L'armée israélienne avait entre 2 et 3 000 chars, l’Iraq plus de 4 000, l’Égypte et la Syrie autour de 3 000.

a La fin de la guerre froide, le coût de plus en plus élevé des nouvelles générations de chars, la nécessité d’avoir des forces plus flexibles et projetables plus rapidement fait que le parc de chars diminue de façon brutale en Europe et en Amérique du Nord. Les puissances européennes comme le Royaume-Uni, la France, l’Italie ou l’Espagne se reposent aujourd’hui sur un parc de moins de 400 chars modernes tandis que des pays comme le Canada ou la Belgique ont décidé de s’en passer au profit de blindés-canons à roues plus légers.

Les États-Unis qui ont actuellement environ 7 000 M1 AbramsL'image “http://www.planetmodel57.com/image-0616.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. prévoient de ne garder que 2 000 M-1 modernisés qui devraient être remplacés à l’horizon 2020-2025 par plusieurs véhicules plus légers de la gamme des 15-25 tonnes, et des drones et des robots de combat issus du Future Combat System.

La Russie pour sa part continue de développer des chars plus économiques à l’achat que les modèles occidentaux et les exporte largement.


evolution de la puissances des chars 
1re guerre mondiale2è guerre mondialeAnnées 1980
Type FT-17 Renault T-34 Léopard 2
Puissance du moteur 100 ch 500 ch 1 500 ch
Vitesse tout terrain 6 km/h 30 km/h 45 km/h
Vitesse sur route 8 km/h 55 km/h 72 km/h
Canon 37 mm 85 mm 120 mm
Portée efficace 800 m 2 000 m 3 000 m
Vitesse initiale des obus 350 m/s 700 m/s 1 650 m/s

L'image “http://mravenisko.sk/images/revell/3028.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Parc blindé mondial en 2002 

 

Selon l’Atlas of War and Peace, le nombre de chars opérationnels en 2002 serait de 106 000, répartis comme suit :

  • 8 % aux États-Unis ;
  • 15 % pour les autres membres de l’OTAN ;
  • 13 % pour la Russie ;
  • 8 % pour la République populaire de Chine ;
  • 18 % pour le reste de l’Asie ;
  • 22 % pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord ;
  • 16 % pour le reste du monde.

Publié dans le 20 eme siecle

Commenter cet article

abdoul du 93 02/01/2017 15:18

Wesh negro! t'a mi "elle est constitué" t con frère y a un E muet a la fin: constituée baltringue!
cordialemen Abdoul du 93!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! yeahhh BABY! Abdoul est dans la place!!

personne civilisée 02/01/2017 15:22

Bonjour monsieur Abdoul du 93,
Cette remarque est très pertinente!
Je suis quand même d'accord avec vous "frère" comme on dit dans le ghetto :)
Cordialment,
Aziz Mouhammed benzaoui