jean francois de la perouse

Publié le par nc

Jean François Galaup, comte de La Pérouse  était un officier de marine français. La Pérouse

Il entra dans la marine à 15 ans en 1756.
il se voit engagé a l'âge de 17 ans dans les conflits maritimes de la guerre de Sept Ans avec la Grande-Bretagne
À 18 ans, il est blessé et fait prisonnier pendant la bataille des Cardinaux, près de Quiberon.Il est chargé de deux voyages aux Indes comme commandant de la Seine. Il y rencontre sa future femme Eléonore Broudou, une jeune créole d'origine modeste.

Rentré en France en 1777, il est nommé lieutenant de vaisseau et obtient la Croix de Saint-Louis pour avoir sauvé Mahé des assaillants indiens.

Il participe ensuite à nouveau à la confrontation avec les Britanniques à l'occasion de l'émancipation des colonies britanniques d'Amérique dans des combats depuis les Antilles jusqu'au Labrador, où il démontre sa valeur maritime et militaire en capturant deux forts britanniques. Nommé capitaine de vaisseau à 39 ans pour sa brillante conduite pendant cette guerre, il épouse Eléonore Broudou en 1783 .

Après le traité de Paris, il est choisi par le ministre de la Marine de Castries et par Louis XVI pour diriger une expédition autour du monde visant à compléter les découvertes de James Cook dans l'océan Pacifique. Celle-ci, composée de 220 hommes, quitte Brest en août 1785 sur deux navires, la Boussole et l'Astrolabe, des navires marchands de 500 tonneaux reclassifiés comme frégates pour la circonstance.

Parmi les hommes qui l'accompagnaient, il y avait de nombreux scientifiques : un astronome, un médecin, trois naturalistes, un mathématicien, trois dessinateurs et même des curés qui avaient une formation technique. Les objectifs étaient nombreux : géographiques, scientifiques, ethnologiques, économiques , mais aussi politiques avec l'établissement éventuel de bases françaises ou de coopération coloniale avec les alliés espagnols .

C'était en somme un programme d'exploration planétaire dans le Pacifique Nord et le Pacifique Sud, y compris les côtes d'Extrême-Orient et de l'Australie, qui lui fut proposé.

L'expédition contourne le cap Horn, i, vogue jusqu'en Alaska, où La Pérouse débarque près du mont Saint Elias à la fin de juin 1786 et explore les environs. Une barge et deux chaloupes transportant 21 hommes furent perdus dans les courants violents de la baie nommée « Port des Français » par La Pérouse. Ensuite, il visite Monterey, où il examine les missions franciscaines et rédige des notes critiques sur le traitement des Amérindiens.

Il traversa ensuite à nouveau le Pacifique . L'année suivante, après une visite à Manille, il se dirigea vers les côtes nord-est de l'Asie. Il découvrit les îles Quelquepart , visitées seulement une fois par les Européens, un groupe de Hollandais qui y firent naufrage en 1635. Il visita la presqu'île de Corée, puis alla à Oku-Yeso .

Les habitants d'Hokkaido lui montrèrent une carte, mais il ne put trouver le détroit et mit le cap au nord vers la péninsule du Kamtchatka, qu'il atteignit en septembre 1787. Là, il se reposa chez des Russes. Il reçut des instructions de Paris , pour faire un rapport sur la colonisation en Australie.

Il s'arrêta ensuite aux Samoa. Juste avant son départ, les Samoans attaquèrent ses hommes et en tuèrent douze, dont le commandant de l'Astrolabe. Il navigua ensuite à la Botany Bay à Sydney, arrivant le 26 janvier 1788, juste au moment où le capitaine Arthur Phillip transférait la colonie à Port Jackson. Les Britanniques le reçurent avec courtoisie, mais ne purent lui donner de la nourriture.

Il donna ses journaux et lettres afin qu'ils soient transmis en Europe et obtint du bois et de l'eau fraîche. Il partit pour la Nouvelle-Calédonie, Santa Cruz, les îles Salomon, les Louisiades et les côtes de l'ouest et du sud de l'Australie.

Ni lui ni aucun de ses hommes ne furent vus de nouveau.

Publié dans biographie

Commenter cet article