le blocus de berlin

Publié le par nc

Quand la Seconde Guerre mondiale prit fin en Europe le 8 mai 1945,  la conférence de Potsdam esquissa l'après-guerre : les Alliés décidèrent de découper l'Allemagne en quatre zones d'occupation et Berlin en quatre secteurs. Or, les secteurs occidentaux de Berlin étaient profondément enclavés dans la zone d'occupation soviétique, de sorte que les tensions résultant de la rupture de la Grande Alliance en 1947 se focalisèrent nécessairement sur l’ancienne capitale du Reich.

Le 20 juin 1948, sans avoir consulté les Soviétiques,  les trois zones occidentales adoptèrent le Deutsche Mark en remplacement de la monnaie d'occupation. Par cette réforme monétaire, les Occidentaux se détachèrent économiquement de la zone soviétique. Staline protesta contre cette violation des accords de Potsdam, en vertu desquels les quatre puissances occupantes détenaient une souveraineté collective sur l’Allemagne.

Le 23 juin 1948, l'URSS commença à bloquer les lignes de chemin de fer, les canaux et les routes en direction de Berlin-Ouest. D’après les Soviétiques, les droits d'occupation des Occidentaux à Berlin ne leur donnaient aucunement le droit d’utiliser librement les voies de communication terrestres. De fait, les Occidentaux n'avaient jamais négocié d'accord les autorisant à traverser librement la zone soviétique - alors que les trois couloirs aériens qu’ils empruntaient étaient garantis par des accords interalliés.Les quatre zones d'occupation de l'Allemagne

Le 25 juin 1948, le général Clay donna l'ordre de lancer un gigantesque pont aérien (qui durera 324 jours) pour ravitailler Berlin-Ouest. Le 26 juin, le premier avion américain se posa à Tempelhof, suivi deux jours plus tard du premier avion britannique à Gatow. Le risque d’une confrontation militaire était réel, car Truman s'embarquait dans une opération dont la réussite humilierait publiquement les Soviétiques.

L'opération américaine fut appelée Operation Vittles . Le plan britannique de ravitaillement  Operation Plainfare .

Des centaines d'avions, surnommés , furent utilisés pour transporter vivres, matériel et matières premières, dont plus d’un million et demi de tonnes de charbon. Le 16 avril 1949, un avion allié atterrissait toutes les minutes, et 12 840 tonnes furent transportées ce jour-là. Les colis allaient du gros conteneur au paquet de friandises avec parachute pour les petits Berlinois. Le pont aérien était assuré essentiellement par les Américains et les Britanniques, mais les pilotes venaient également d'Australie, du Canada, d'Afrique du Sud et de la Nouvelle-Zélande. La France, dont la plupart des avions de transport étaient engagés en Indochine, n’y participa guère. À la fin du blocus, les Alliés avaient effectué 278 228 vols, et 2 326 406 tonnes de fret avaient été acheminées à Berlin-Ouest.

Le 4 avril 1949, en pleine crise, les gouvernements occidentaux signèrent le traité de l'Atlantique Nord.  En 1950, les pays signataires se dotèrent d'une structure militaire commune: l'OTAN, l’Organisation du traité de l'Atlantique nord.

L'URSS leva le blocus le 12 mai 1949 à 0 heure. Cependant, les Occidentaux voulant s’assurer que Berlin-Ouest pût affronter un éventuel nouveau blocus, le pont aérien fut maintenu jusqu’au 30 septembre. Il avait coûté la vie à soixante-seize personnes : cinq Allemands, trente et un Américains et quarante Britanniques.

Publié dans le 20 eme siecle

Commenter cet article