destroyer

Publié le par nc

torpilleur : petites embarcations extrêmement rapides pour l'époque arrivaient, malgré leur petite taille, à s'approcher à la distance nécessaire à l'utilisation de leurs torpilles, contre les lents mastodontes qu'étaient les cuirassés de cette période. Ils pouvaient donc créer des dégâts considérables, pour un prix dérisoire, même s'ils étaient détruits. Ils étaient particulièrement dangereux quand ils étaient employés de façon combinée avec des cuirassés amis, les navires ennemis ayant le choix entre s'en protéger ou attaquer leurs congénères, l'attaquant au vu du prix de ces embarcations, ayant alors quoiqu'il arrive gagné un avantage.
Le besoin d'un navire spécialement étudié pour les contrer, en faisant écran devant les grosses unités, se faisant sentir ; le destroyer et qui prit le nom dans la marine française de contre-torpilleur. L'idée était de construire des navires aussi rapides, mais avec un armement à base de canons à tir rapide et non exclusivement de torpilles, et qui opérant devant la flotte de ligne empêcherait les torpilleurs d'atteindre une position d'attaque sur les gros bâtiments. Cependant, le concept évolua très rapidement, car ces nouveaux petits navires risquaient eux aussi de se retrouver confrontés aux cuirassés adverses et il fut donc décidé de les doter eux aussi de torpilles. Par ailleurs, les destroyers devaient pouvoir opérer avec la flotte et donc être capables de la suivre, contrairement au torpilleur qui agissait près de ses bases.
 Le destroyer finit par reprendre les missions des navires qu'il était chargé de détruire, c'est-à-dire l'attaque rapide avec des torpilles. Un premier exemple en fut donné par les japonais à Port Arthur dès 1904.

Publié dans le 20 eme siecle

Commenter cet article