tchernobyl

Publié le par nc

Tchernobyl est une petite localité, située à une centaine de kilomètres au nord de Kiev, capitale de l’Ukraine, et à quelques kilomètres de la Biélorussie. En 1986, ces deux républiques font encore partie de l’URSS .
La centrale nucléaire est implantée à une quinzaine de kilomètres de Tchernobyl. A l’époque, il s’agit d’un complexe abritant six réacteurs atomiques. La construction des réacteurs 1 et 2 débute en 1971 ; le premier est mis en service en 1977, le second, l’année suivante. Les réacteurs 3 et 4 sont mis en chantier en 1975 ; leur exploitation commence respectivement en 1981 et 1983. Les réacteurs 5 et 6 sont en construction.Dans la production énergétique globale de l’Union soviétique, la part du nucléaire est relativement peu importante . Des quarante-six réacteurs atomiques alors en fonctionnement dans le pays, les quatre réacteurs opérationnels à Tchernobyl sont d’un modèle dont il existe une quinzaine d’exemplaire

Le réacteur de la tranche n°4 est de type RBMK . Sa conception fait que le coefficient de vide est positif (contrairement aux réacteurs récents), ce qui fait que la réaction en chaîne augmente spontanément et doit être en permanence contenue. D'autre part, l'utilisation du graphite comme modérateur le rend inflammable lorsque la température augmente trop. Enfin, le système d'arrêt d'urgence du réacteur est particulièrement lent .
En plus de ces problèmes de conception, la construction de la centrale a été réalisée sans respecter les normes établies.
La centrale est dirigée depuis le début des années 1970 par Viktor Petrovitch Brioukhanov, un ingénieur en thermodynamique et non un spécialiste du nucléaire.
En 1983, l'« acte de mise en exploitation expérimentale » est signé alors que « Toutes les vérifications n'avaient pas été achevées ».

Une expérience était en cours pour tester un cas particulier de fonctionnement : la disparition de la tension sur le réseau et l'absence du courant de contrôle-commande dans la centrale.

  • Ce cas se produit de fait si la centrale est l’objet d’une impulsion électromagnétiquealternateur était suffisante pour pouvoir relancer le fonctionnement du réacteur. nucléaire. L’essai était donc  destiné à montrer que l’énergie contenue dans le groupe turbo-
  • La puissance thermique du réacteur avait été réduite de 3 200 MW à 1 000 MW dans le cadre de ce test. Cependant, la puissance de sortie a chuté brutalement à 30 MW, ce qui a provoqué un empoisonnement du réacteur au xénon. Les opérateurs essayèrent alors de rétablir la puissance, mais le Xénon-135 accumulé absorbait les neutrons et limita la puissance à 200 MW. Pour débloquer la situation, les opérateurs retirèrent les barres de carbure de bore, qui servent à contrôler la température du réacteur, au-delà des limites de sécurité autorisées.

Cet accident est de magnitude 7 selon l’échelle INES. Ce qui correspond à l’accident le plus grave et le plus meurtrier qui puisse être mesuré par cette échelle.

La radiolyse de l'eau conduit à la formation d'un mélange détonnant d'hydrogène et d'oxygène. De petites explosions se produisent, éjectant les barres permettant le contrôle du réacteur. « En 5 secondes, sa puissance a augmenté plus de 1000 fois ». Les deux mille tonnes de la dalle de béton recouvrant le réacteur sont projetés en l'air et retombent de biais sur le cœur de réacteur. Celui-ci est dès cet instant fracturé.

Un incendie très important se déclare, tandis qu'une lumière aux reflets bleus se dégage du trou formé.

Quelques minutes après l’explosion, les pompiers de la centrale interviennent. Ils seront très vite rejoints par ceux de Pripiat, une ville à quelques kilomètres de Tchernobyl, et par plusieurs brigades de Kiev. L’incendie aurait été maîtrisé dans la matinée du dimanche 27 avril.

Plus d’une trentaine de personnes sont mortes des effets directs de l’explosion. Plus de cent et trente personnes ont subi une irradiation grave. Près de trente sont décédées dans les trois mois suivant l’accident.

-une demi-douzaine d’erreurs humaines ont été identifiées par les spécialistes.
- après l’examen par des experts internationaux, il s’est avéré que le test prévu ces 25 et 26 avril comportait plusieurs dérogations graves aux règles permanentes de sécurité.


les donnée sont en kilobequerele par metre carre

1kbq = 1000 bq
Des chercheurs ont montré qu'entre 20 et 50 Bq/kg on avait déjà des problèmes de santé.»

Publié dans le 20 eme siecle

Commenter cet article

Candide 25/04/2006 20:02

Lancinante question.C’est l’histoire d’une manipulation, d’une mystification, d’une insulte au QI des français. Il y aura 20 ans demain c’était en Ukraine Apocalypse now. Et quelques jours après les rayonnements ionisants étaient bloqués par la ligne Maginot. La France épargnée pouvait continuer à consommer des laitues et à boire du petit lait.Inutile de revenir sur ce cas exemplaire de désinformation si ce n’est pour faire deux remarques :Vingt ans après on ne sait toujours pas qui a décidé de ce mensonge d’Etat. Ce qui conduit à penser que si un désastre « équivalent » se produisait en 2006, les mêmes causes produisant les mêmes effets, la vérité serait encore occultée. Lancinante question : mais que font les média ?

nc 26/04/2006 14:25

ils suivent l'etat la plus par des grande chaine francaise etant publique