la crete

Publié le par nc

Les Allemands cherchaient un moyen simple pour, d'une part, soutenir les opérations de l'Afrikakorps en Libye en offrant une base à la Luftwaffe, d'autre part faire cesser les bombardements des gisements de pétrole roumains menés par les Anglais à partir de Crète. Tout naturellement leur choix s'est porté sur cette île de Méditerranée orientale, à mi-chemin entre la Grèce et la Libye. Côté allemand : le général Lohr, à la tête du 4ème corps aérien, et le général Kurt Student, qui commandait les troupes du 11ème corps aéroporté allemand , étaient opposés à l'unique dirigeant des forces alliées , le général Freyberg. En hommes, les Allemands disposaient de deux divisions, la 7ème parachutiste, et la 5ème de montagne, soit 22 000 hommes, transportés par 500 avions. Côté allié, 32 000 soldats du Commonwealth et 10 000 Grecs. En octobre 1940, les Anglais disposaient de 15 000 hommes en Grèce, sur demande du gouvernement grec. Ils avaient aménagé 3 aérodromes, et des bases navales dans les baies de Suda et Mirabella. . Pour ce faire, le général Freyberg, à la tête de plusieurs unités britanniques, de la 2ème division d'infanterie néo-zélandaise et de 10 000 soldats grecs, commença à organiser la défense de l'île. Mais, disposant de peu de matériel , il se concentra donc sur la protection des ports et des aérodromes, et renvoya les avions en Égypte, estimant qu'ils n'étaient pas suffisants. L'invasion de la Grèce n'était pas finie que déjà à partir du 25, Hitler ordonnai de préparer celle de la Crète, baptisée opération Mercur. Le plan était simple: étant donné que la Royal Navy dominait les mers, l'attaque devait se faire par une division parachutiste et une division d'infanterie de montagne, transportées par 500 avions de transport. Pour les appuyer, 300 bombardiers et 250 chasseurs étaient prévus. Student, quant à lui, désirait prendre par surprise les 3 aérodromes en divisant ses hommes en 3 groupes    Pour préparer le terrain, les Allemands bombardèrent massivement à partir du 14 mai, et le 20 mai 1941, les parachutistes sautèrent près des aérodromes alliés. Mais ils n'atteignirent aucun de leurs objectifs. Student concentra alors ses forces sur Malémé et s'en empara le 21. Jusqu'au 26, les troupes alliées se battirent, perdant du terrain de jour en jour, si bien que l'amiral Rawlings, ayant envoyé une escadre de soutien, dû la retirer. Le 27, Freyberg donna l'ordre d'évacuer l'île. Dans la nuit du 29 au 30, deux croiseurs embarquèrent les défenseurs d'Héraklion. Ceux de Réthymnon, qui n'avaient pas reçu l'ordre d'évacuation, se rendirent le 30 mai. La nuit suivante, Freyberg fit rembarquer le gros de ses troupes à Sfakion, au sud. Le 1er juin, les unités qui n'avaient pas pu être évacuées se rendirent.

    Plus de 7 000 soldats et paras allemands furent tués ou blessés durant cette campagne, elle coûta également au IIIème Reich 20 avions de transport et 180 chasseurs. Les pertes alliées étaient bien plus terribles : 17 000 de leurs soldats furent tués, blessés ou fait prisonniers. De plus, tout le matériel lourd, les véhicules ainsi que 10 navires furent perdus. Cette opération fut un succès pour les Allemands, mais il n'y eu plus d'opération aéroportée allemande  massive jusqu'à la fin de la guerre.

Publié dans le 20 eme siecle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article