la chute de singapour

Publié le par nc

La chute de Singapour est considérée comme l'un des plus cinglants échecs de toute l'histoire de l'armée britannique. Singapour était le point névralgique des Britanniques dans le Pacifique et ils en avait fait une forteresse supposée imprenable.
 L'attaque de la Malaisie par les forces japonaises prit les Britanniques au dépourvu. Le 11 janvier, Kuala Lumpur était aux mains des Japonais, Singapour serait leur prochain arrêt. Le 20 janvier, la ville se fait bombarder par les Japonais et plus de 200 civils sont tués ou blessés. Les troupes nippones tentent de prendre la chaussée de Johore, qui relie Singapour au continent. La RAF bombarde et mitraille sans cesse les troupes japonaises qui débarquent sur l'archipel malais, mais ça ne suffit pas à repousser les forces japonaises.
 Le 31 janvier, les troupes anglaises et australiennes durent se retirer de la chaussée de Johore, le général Percival décida alors de répartir ses troupes sur tout le tour de île. Le système de défense britannique n'était pas du tout au point, les stratège qui l'avaient conçu  pensaient que seule un attaque venant de la mer était envisageable, tous les canons britanniques pointaient donc vers la mer. Malgré cette situation et les recommandations du général Wavell  Churchill refusa d'envisager la possibilité d'une reddition. Le 8 février, 23 000 Japonais attaquent Singapour (précédés d'un barrage d'artillerie), les troupes britanniques étant dispersées sur toute île, elles ne purent pas contenir l'avance japonaise. Seules deux brigades de la 8e division australienne défendaient le secteur, elles ne purent rient contre les trois divisions que leur envoya le général Yamashita. Percival n'envoya pas ses troupes combattre les Japonais, craignant une attaque sur les 70 miles de côtes. Il garda ses troupes en retrait.
Le 10 février, Percival ordonne au général Bennet d'effectuer une contre-offensive. Celle-ci ne se fera jamais car Percival l'annule en voyant le chiffre des pertes éventuelles. Le 15 février 1942, après de brutaux combats en ville, le général Percival capitule officiellement , le général Yamashita, désormais surnommé : " le Tigre de Malaisie". Avec seulement 30 000 hommes, les Japonais réussirent à prendre la forteresse de Singapour, qui était défendue par 85 000 Britanniques. La chute de la ville fut une humiliation pour le gouvernement britannique. Les Japonais avaient conquis toute la Malaisie en 73 jours, soit en un mois de moins que prévu, et ils perdirent moins de 10 000 hommes. Les Britanniques avaient, quant à eux, 9 000 tués et blessés et 130 000 prisonnier, ceux-ci connaîtront le sort tristement célèbre des prisonniers de guerres des Japonais

Publié dans le 20 eme siecle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article