la flotte francaise en 1939

Publié le par nc

La flotte Française en septembre 1939 La marine Française à cette date est incontestablement l'une des plus modernes et des puissantes de son temps: Elle se situe au quatrième rang mondial, derrière la Royal Navy, l'US Navy et la marine Japonaise

 A la fin du premier conflit mondial, qui signa une interruption de quatre années dans ses constructions, elle disposait d'une vaste flotte de bâtiments obsolètes, cuirassés pré-dreadnoughts, croiseurs protégés et cuirassés dont les plus récents dataient de 1903. Ses destroyers récents étaient peu nombreux et surtout de dimensions très modestes en comparaison du nouveau standard développé par la Russie ( avec le lancement du Novik de 1300 tonnes en 1911 ). Ils pouvaient de fait être rétrogradés comme simples torpilleurs. Enfin, elle utilisa quantité de navires civils, patrouilleurs et navires d'escorte, une "poussière navale" qui opéra surtout en méditerranée. L'acte fondamental de renaissance de la flotte Française se situe à la conclusion du traité de Washington, ( nov.1921- déc.1922. ). Ce dernier met un terme à l'escalade en matière de navires de ligne que se livraient les grandes puissances et qui commençait à peser lourdement dans leur budget. Un moratoire fut instauré pour dix ans, et toute nouvelle construction en cours devait être démolie. Le traité limitait en outre le calibre maximal de l'artillerie à 406 mm, et redéfinissait le tonnage de navires de ligne alloué à chaque Nation. ( US navy et Royal Navy 525 000 tonnes, Japon 315 000 tonnes, Italie et France 175 000 tonnes. ) De fait, il entérinait la montée en puissance de l'US navy et de la marine Nippone, mais également rétrogradait la flotte Française au niveau de la Regia Marina. Un camouflet pour la France, qui sortie exangue de la guerre ne pouvait cependant que s'incliner, n'ayant plus les moyens de ses ambitions.

Comme les historiens l'attestent, cette limitation lui fut en définitive d'un grand secours pour sa réorganisation. Son plan de réarmement de 1912, initié par l'amiral Boué de Lapeyrère, devait comprendre les 4 dreadnoughts de la classe Normandie, et Lyon, ainsi que 16 "éclaireurs d'escadre", croiseurs légers ou destroyers lourds. En définitive, seul le Béarn, le plus avancé de ces cuirassés du type Normandie, fut conservé, en étant reconverti dans ce qui sera le premier porte-avions Français. Avec les premières constructions, et du fait d'une présence importante de la marine Française en méditerranée, ainsi qu'à son tonnage autorisé similaire à celui de l'Italie, on observe le développement d'une véritable rivalité de fait entre les deux flottes: Chaque nouvelle unité Française reçoit une réponse Italienne et de ce fait la Regia marina est d'un poids équivalent à celui de la "Royale" en 1939. Cependant, dans le détail, ces flottes divergent qualitativement: Les cuirassés dreadnoughts Français sont par exemple simplement modernisés tandis que leurs équivalents Italiens sont totalement refondus et méconnaissables: Ce sont des unités bien plus modernes à leur achêvement. Autre exemple, les destroyers Français, notamment les "conducteurs d'escadres", adaptés aussi bien à la mer du nord qu'à la méditerranée étaient nettement plus lourds et puissants que leurs homologues Italiens. Une faible partie des effectifs navals de 1918 seront conservés assez longtemps pour participer au second conflit mondial. De ce fait, en dehors des cuirassés modernisés de la classe Courbet et Provence, le gros de la flotte Française était constitué de constructions neuves:
             
          -Cuirassés: Les plus anciens étaient ceux de la classe Courbet (1911), 4 bâtiments à l'origine, mais le France fut perdu sur un récif dans la baie de Quiberon en 1922. Le Courbet, l'Océan et le Paris furent modernisés en 1926-29. En 1938, l'Océan fut renommé Jean Bart et affecté à Brest comme navire-école. Le Courbet et le Paris servirent de navire-école en 1939. Les plus actifs furent les trois navires ultérieurs de la classe Bretagne ( Bretagne, Provence, Lorraine, 1913 ). Leur modernisation était plus importante et intervint en 1921 puis en 1932-35. En construction, les premiers "super-dreadnoughts", ou cuirassés rapides qui étaient dans les cartons depuis la fin des années 20, et dont la mise en chantier était de nouveau possible avec l'expiration du moratoire de Washington. Il s'agissait du Richelieu et du Jean Bart, deux unités de 35 000 tonnes, commencées en 1935 ( pour le premier ) et janvier 1939 ( pour le second ). De fait, le Richelieu avait été lancé en janvier 1939, et était presque opérationnel en juillet 1940. Le Jean Bart de son côté, réussit à quitter son carénage de Saint-Nazaire et à gagner Casablanca alors même qu'il était loin d'être terminé, grâce à l'action mémorable du lieutenant de vaisseau Ronarc'h et d'une poignée d'hommes d'équipage. Les deux autres prévus pour 1941 et 1942 étaient le Clémenceau et le Gascogne. Le premier fut lancé en 1943 mais jamais terminé et sa coque fut détruite lors d'un raid aérien allié en 1944.
            
        -Croiseurs de bataille: Le Dunkerque et le Strasbourg étaient les premiers du genre en France. entrés en service en 1937-38, ils constituaient à l'époque la réponse aux cuirassés de poche Deustchland de la Kriegsmarine. ils étaient bien mieux protégés que les croiseurs de bataille de 1914-18, et on peut les considérer comme faisant partie des premiers cuirassés rapides. -Porte-avions: Des tentatives avaient été initiées avec le vieux Foudre pendant la grande guerre, ainsi que sur l'aviso Bapaume. Mais ce n'est qu'en 1927, après la reconversion et l'achêvement du Béarn que la marine Française se dota de son premier porte-aéronefs. Ancien cuirassé inachevé , il avait cependant quelques défauts, dont une certaine lenteur, mais l'avantage de sa cuirasse et la largeur de son pont d'envol. Embarquant 40 appareils, il devait être suivi des premiers "vrais" P.A. Français, les deux Joffre. Programmés en 1938, ces derniers étaient nettement plus grands et plus rapides. Le premier fut mis en chantier en 1938, mais ne fut ni lancé ni terminé. Le second de ces porte-aéronefs en service était alors le Commandant Teste. Il s'agissait d'un "ravitailleur d'hydravions", tout à fait capable d'opérer des bombardiers-torpilleurs et des hydravions de reconnaissance pour la flotte.
           
         -Croiseurs: Les premiers furent ceux de la classe Primauguet. Ces trois unités, lancés en 1923-24 étaient des bâtiments légers , faisant partie du plan de Lapeyrère de 1912 concernant des "éclaireurs d'escadre". Les premiers croiseurs lourds Français étaient des navires typique du modèle défini par le traité de washington: 10 000 tonnes, 8 pièces de 203 mm. Ce furent les deux Duquesne , suivis des quatre Suffren . L'Algérie qui suivit en 1930 était un peu différent. Dernier croiseur lourd Français, il possédait une silhouette singulière: Coque "flush deck" ( pont continu ), une seule cheminée, et une passerelle en tour comme sur les Dunkerque. Au titre des croiseurs légers , on trouve d'abord le sempiternel navire-école Jeanne d'arc, troisième du nom, lancé en 1930, et le Pluton, un mouilleur de mines lancé en 1929, reconstruit et rebaptisé La tour d'Auvergne peu avant la guerre. les six La Galissonnière en service en 1935-37. Leurs successeurs, les De Grasse, un peu plus légers devaient avoir un blockhaus en tour comme les St Louis. Approuvés en 1937 , et 1938 pour les deux autres , ils seront pris dans la tourmente de juin 1940. Le De Grasse, qui était le plus avancé, devint un croiseur antiaérien après-guerre et ne fut démoli qu'en 1977. Enfin, la marine opérait le croiseur Strasbourg sous un nouveau nom.

          -Destroyers: En matière de destroyers, la France comme la Grande-Bretagne, le Japon et les USA développait des destroyers "standards" et des "conducteurs d'escadre", ou desroyers lourds destinés à conduire les escadrilles. S'appuyant sur ceux de la classe Bourrasque et L'adroit , la France lança les Chacal , Guépard , Aigle , Vauquelin , et Le Fantasque , tous très reconnaissables avec leurs trois ou quatre cheminées. Les derniers n'en avaient que deux, et étaient à l'époque parmi les plus puissants du monde avec 3400 tonnes à pleine charge, 37-42 noeuds et 5 pièces de 140 mm. Ils anticipaient sur la nouvelle génération de "super-destroyers" de la classe Mogador , armés de huit pièces de 140 mm en tourelles doubles. Ces derniers répondaient aux destroyers standard de la classe Le hardi alors en construction, 12 unités dont seulement 1 seule commençait ses essais en septembre 1939. 8 autres seront terminées durant le conflit et finiront sabordés à Toulon en 1942.
      
         -Torpilleurs: La France comme l'Italie considérait ce type de bâtiment légers, pourtant progressivement délaissés par les autres flottes, comme utiles en méditerranée, où les conditions plus faciles de la mer et leur faible autonomie justifiaient leur emploi. Elle n'en conservait aucun de 1918 et mit en service ceux de la la classe La Melpomène (12 unités, 1935-37), tandis que les 12 Le Fier étaient en cours de construction en 1939. Six d'entre aux furent lancés et repris à leur compte par les Italiens qui espéraient les remettre en service après leur capture par les Allemands.
      
         -Submersibles: Jusqu'ici, les submersibles en service descendaient en droite ligne des pionniers de la fin du XIXe siècle, époque ou la France montra l'exemple avec l'excellent Narval d'Emile Laubeuf, lequel fabriqua un "torpilleur submersible", alors que bien d'autre s'échinaient encore à concevoir des "sous-marins" extraordinairement complexes d'emploi. La France, sous la houlette des théories de la jeune école s'y était très tôt intérressée, et avait conçu le Plongeur dès 1865 En 1939, fort de cette position, elle avait encore un certain succès à l'exportation. Pour ses propres besoins, elle lança en 1929 le célèbre "Surcouf", un croiseur submersible dans la mouvance de cette "mode" passagère issue des derniers projets Allemands de 1918. Ce navire était en effet pourvu de deux canons de croiseur lourd, de 12 tubes lance-torpilles (rien de moins!), deux canons AA de 37mm et deux affûts doubles de mitrailleuses de 13.2 mm, et était pourvu d'un hangar pour un hydravion. Il participa "de loin" au conflit et connut un sort funeste. Par ailleurs, la flotte sub-marinière hexagonale se répartissait entre unités océaniques les 31 Redoutable et les 9 Requin , et côtières avec les classes Sirène, Ariane, Circé, Saphir ( mouilleurs de mines ), Argonaute, Diane, Orion, Minerve, et Aurore, en tout 40 unités. ) Les Aurore étaient en construction en 39-40. De ce fait, seul le premier, lancé en juillet 1939, fut opérationnel à temps. Les autres furent terminés pendant ou après la guerre. Le Rubis se couvrit de gloire aux mains des français libres: En effet, passé très tôt dans le camp Britannique, il était le seul submersible mouilleur de mines en service dans le camp allié. Il s'illustra en coulant 24 navires et fut décoré. Les SNA actuels lui rendent par leur nom cet honneur.

           -Frégates et avisos: En la matière, la flotte comprenait en 1918 plus de deux cent unités légères, mais en 1940, il ne restait en service que le petit aviso Quentin Roosevelt, les Dubourdieu, Ailette, 11 de la classe Amiens et 3 de la classe Marne. En service toujours et datant de 1917-18, les dragueurs de mines ex-canonnières des classes Ardent , Friponne , la Luronne, les Granit et Meulière. En constructions neuves, on trouvait les avisos coloniaux de la classe Bougainville , véritables copies réduites de destroyers, dont deux autres ne furent jamais terminés. On construisit peu de temps avant le conflit, au rythme des mises à la retraite des bâtiments de 1917-18, les avisos dragueurs de mines classe Elan et Chamois . En fait seulement quatre unités de la classe Elan étaient opérationelles en juin 1940. Les autres connurent des fortunes diverses durant le conflit.

          -Chasseurs de submersibles: Etaient en service 8 unités légères de construction Américaine datant de 1918, et 4 de construction Française de la même époque, ces dernières servant en Indochine. En outre, 17 autres des types CH1 et CH5 étaient opérationnels en juin 1940, quatre autres en construction. La France expérimenta également deux vedettes lance-torpilles VTB8 et VTB9 en 1935. -Divers: La flotte comptait enfin le navire-école des canonniers Condorcet, un vénérable cuirassé de 1909, et 5 canonnières fluviales pour le service en Chine et Indochine , les deux Argus, le Francis Garnier, les deux Tourane. En outre quatre ravitailleurs d'hydravions étaient en construction. Par ailleurs, elle comprenait un certain nombre d'unités spécialisées, de moindre valeur militaire, comme les mouilleurs de mines Castor et Pollux, le mouilleur de filets Le Gladiateur, le ravitailleur de submersibles Jules Vernes, les 8 Petrels de ravitaillement d'hydravions, le garde-pêche Amiral Mouchez.

 Le sort de cet instrument moderne et efficace qu'était la flotte Française en 1939, peut-être la meilleure des trois armes, n'en fut plus que rageant. La "Royale" fut mobilisée en septembre, et participa aux côtés de la Royal Navy à la surveillance de routes commerciales, traquant comme en 1914 les corsaires Allemands pendant la "drôle de guerre". Elle participa ainsi à la traque du Graf Spee. Toutefois, une bonne partie de ses effectifs basés en méditerranée n'avaient pas de réelle menace à surveiller tant que Mussolini restait "observateur" des vélléités de conquête Allemandes. On tuait le temps en exercices d'escadre.

 A la fin de 1939 et au début de 1940, la vraie guerre sous-marine débutait, en Manche et en mer du Nord. C'était la RN qui était plutôt visée par la Luftwaffe et les sous-mariniers Allemands. Quelques bâtiments Français ( dont certains des 13 paquebots armés, classés comme "croiseurs auxiliaires" ), convoyèrent des troupes en Norvège afin de couper la "route du fer" aux Allemands. En mai-juin 1940, la "Royale" assista impuissante au déferlement de la Blitzkrieg et des blindés de Guderian jusqu'à la côte Atlantique. A Dunkerque en juin, un certain nombre d'unités participèrent au réembarquement de troupes Françaises au sein de l'armada levée par les Britanniques. plusieurs destroyers y furent perdus sous les coups de la Luftwaffe et de l'artillerie côtière. La bilan de cette première partie de la guerre fut mince: Aucun navire Allemand ne fut détruit par une unité Française. En revanche, la flotte perdit le croiseur La tour d'auvergne , victime de l'explosion d'une de ses propres mines embarquées à Casablanca, le Jaguar, le Chacal, le Bison et les Orage, Cyclone, Bourrasque, Sirocco, l'Adroit et le Foudroyant en mai-juin 1940 en opérations, notamment à Dunkerque, le Maillé Brézé en mars 1940 à Greenock ( explosion accidentelle de torpille ), le torpilleur Branlebas, les avisos Rigault de Genouilly, et Beautemps Beauprés, ce dernier se sabordant, inachevé, pour éviter sa capture. La flotte perdit également le chasseur de submersibles CH9 et les submersibles Narval, Morse, Doris, Pasteur, Poncelet, Achille, Ajax, Persée, Agosta, Sfax, Ouessant. Cinq d'entre eux par sabordage. Peu après la capitulation, la marine Française disposait toujours de l'essentiel de sa force de frappe et le simple fait qu'elle soit susceptible un jour de tomber aux mains de l'axe devenait insupportable à Churchill qui se décida à lancer "Catapult", à un moment où le Fürher préparait déjà ses plans d'invasion du Royaume-uni. Dans la bataille de la Manche qui s'annonçait, la Kriegsmarine, ajoutée à la Regia marina et à la flotte Française sous pavillon à croix gammée protégées par la Luftwaffe pouvaient fort bien anéantir les unités de la Home fleet accourue pour empêcher le débarquement. La suite est connue: L'amiral Sommerville bombarde les unités Françaises retranchées dans la rade de Mers-el-Kébir tandis que des avions Britanniques prennent à partie le Richelieu à Dakar et que les unités rescapées de Dunkerque réfugiées dans les ports Britanniques (dont Portsmouth) sont saisies le 3 juillet et leurs équipages internés. Un épisode qui sans doute fit passer les forces fidèles à Vichy de la neutralité à une plus franche hostilité envers l'allié d'hier, comme le démontra plus tard l'échec de la seconde attaque de Dakar et la résistance lors des débarquements alliés en novembre 1942.

On vit même, un raid de l'aéronavale contre la base navale de Gibraltar en représailles à l'attaque de Mers-el-Kébir, et la Royal Navy, dont les cuirassés Barham et Resolution furent endommagées par des unités Françaises devant Dakar les 24 et 25, risquer une véritable bataille navale ouverte avec l'escadre de 3 croiseurs et 3 destroyers Français envoyée en renfort le 11 septembre. Le fossé qui s'était creusé entre le faible contingent des forces Françaises libres alors en constitution et les forces Vichyssoises s'accentua donc, une majeure partie de la flotte, dont ses principales unités restant fidèle au régime en place. Toutefois, après le débarquement en afrique du Nord ( Opération Torch ) où les forces fidèles à Vichy résistèrent parfois farouchement, parfois pour la forme, l'amiral Darlan fut finalement convaincu de faire basculer l'empire du côté des alliés. Par conséquent, bon nombre d'unités majeures allaient passer courant 1943 sous contrôle des FNFL ( Forces navales Françaises Libres ) qui opèreront aussi bien en Europe qu'en extrême-orient ( comme le Richelieu ), certaines participant aux prépérations d'artillerie des débarquement en Normandie et en Provence. De 2700 hommes en novembre 1940 à plus de 5000 en août 1943, la FNFL utilisa un certain nombre d'unités de valeur avant de recevoir des unités légères Britanniques et Américaines. Pendant l'opération "Torch", en novembre 1942, un grand nombre de navires de la royale seront détruits, échoués, ou sabordés: Le croiseur Primauguet, les destroyers Epervier, Milan, Typhon, Tramontane, Tornade, Brestois, Boulonnais, Fougueux, Frondeur, les submersibles Ariane, Danae, Monge, Le Conquérant, Le Tonnant, Sidi Ferruch, Argonaute, Diane, Méduse, Amphitrite, Oréade, La Sybille, La Psyché, Pallas, Cérès. En novembre 1942, en réponse à cette menace, les troupes Allemandes traversent la ligne de démarcation et envahissent la zone libre. Elles parviennent à Toulon mais trop tard pour empêcher le sabordage de la flotte ( a peu près la moitié des unités rescapées s'y trouvaient ). Ce geste illustra la parole faite aux alliés que jamais la flotte ne tomberait au mains de l'ennemi. On songe à posteriori que ces navires auraient étés bien utiles aux alliés, et que ce sort aurait été évité si la volonté de Churchill ne s'était pas exprimée avec tant de véhémence. Les attaques Britanniques répétées dans les bases d'outre mer, ajoutés aux atermoiements de Darlan au début de l'opération Torch, ont compromis les chances de la flotte de changer de camp. Toutefois, dans le cas ou l'axe s'en serait emparé, l'équilibre des forces à ce moment du conflit auraient peu changé car ce potentiel n'aurait probablement pas empêché les alliés, qui avaient à présent la maîtrise de la méditerranée, de terminer la campagne d'Afrique du Nord en vue d'un débarquement en Italie. Les Etats-unis étaient en effet alors entrés en guerre et avec eux leur fantastique potentiel industriel. Si ces unités avaient renforcé la Regia marina, cette dernière s'en serait servi bien peu de temps, comme ce fut le cas. Quand à l'Allemagne, elle ne songeait pas à faire passer d'éventuelles unités lourdes dans la mer du nord en partant de la méditerranée, afin d'opérer depuis la Norvège, tant ce périple semblait risqué.

 Etaient présents à Toulon, et se sabordant, le 27 novembre 1942: Les cuirassés rapides Dunkerque et Strasbourg, le cuirassé Provence, le transport d'hydravions Cdt Teste, les croiseurs lourds Colbert, Foch, Algérie et Dupleix, les croiseurs légers La Galissonnière, Jean de Vienne, et Marseillaise; les destroyers Lynx, Guépard, Valmy, Verdun, Lion, Vauban, Aigle, Gerfaud, Vautour, Vauquelin, Cassard, Kersaint, Tartu, L'Indomptable, Volta, Mogador, La Palme, Le mars, Bordelais, Bison, Le Hardi, Foudroyant, L'Adroit, Casque, Lansquenet, Mameluck, Sirocco; le torpilleur La poursuivante; les submersibles Thétis, le Vengeur, l'Espoir, Fresnel, Poincaré, Pascal, Achéron, Redoutable, Diamant, Vénus, Sirène, Naiade, Galatee, Pallas, Cérès, Aurore; et enfin l'aviso D'Iberville.

En 1943, la plupart des unités Françaises survivantes avaient définitivement basculé dans le camp allié. Le cuirassé Richelieu, parti de Dakar en refonte aux USA, ainsi que le Montcalm, le Georges Leygues, le Gloire, l' Emile Bertin, les vieux dreadnoughts Courbet, Paris et Lorraine, relégués à des rôles secondaires, le porte-avions Béarn, réfugié puis interné comme la Jeanne d'Arc en martinique en 1940 et utilisé comme transport d'avions ( vu la vétusté de son parc aérien ), les croiseurs lourds Duquesne, Tourville, Suffren ( ce dernier subit une profonde refonte aux USA ), les croiseurs Duguay Trouin, Jeanne d'Arc, remis également aux standards de l'US Navy, les destroyers Léopard, Albatros, Le triomphant, Le Fantasque, Le Malin, Tempête, Mistral, Trombe, L'Alcyon, Le Fortuné, Forbin, Basque; Les torpilleurs La Melpomène, Branlebas, La Flore, L'incompris, La Cordelière, Bouclier; les submersibles Marsouin, Archimède, Argo, Protée, Pégase, Le Glorieux, Le Centaure, Casabianca, Rubis, Perle, Antiope, Amazone, Orphée, Junon, Minerve; l'aviso Savorgnan de Brazza, 9 dragueurs de mines de la classe Elan, et les 4 de la classe Chamois. En outre 15 chasseurs de mines Français saisis par la Royal Navy servirent sous ce pavillon, puis en 1943, les 11 survivants sous celui de la croix de Lorraine, de même que 3 autres.
 Les Britanniques louèrent à la France dès 1941 des vedettes lance-torpilles du modèle Fairmile A et Fairmile B (17 unités), pendant parfois 1 an ou quelques mois, 23 autres vedettes ASM, 5 VLT Américaines et 8 autres légères Britanniques. Entre Mars et Novembre 1944, les FNFL reçurent également 32 chasseurs de submersibles américains du type "PC", et 52 du type "SC".

Publié dans arme

Commenter cet article