tentative d'assassinat d'hitler

Publié le par nc

1939

Le menuisier Johann Georg Elser, qui voulait à tout prix éviter la guerre et mettre fin à la dictature, plaça une bombe  à Munich où Hitler commémorait chaque année sa tentative de putsch du 9 novembre 1923, et où le dictateur devait comme chaque année tenir un discours de 20h30 à 22h00. Elser régla le minuteur pour 21h20. Mais Hitler échappa à la détonation, qui tua huit personnes, parce qu'il partit à 21h07 pour ne pas manquer son train, car il n'était pas sûr de pouvoir utiliser son avion privé le lendemain. Elser voulut fuir en Suisse, mais fut arrêté par la Gestapo à la frontière une heure avant l'explosion, en raison du contenu suspect de ses bagages. A la mi-novembre, il fut transféré à Berlin, puis interné dans les camps de concentration de Sachsenhausen et de Dachau. Peu avant la fin de la guerre il fusillé le 9 avril 1945 à Dachau.

 


1943

Le 13 mars 1943, Hitler était à Smolensk. Pendant le dîner, Henning von Tresckow, chef d'état-major de la deuxième armée, demanda à Brandt, un colonel accompagnant Hitler, de bien vouloir acheminer à Berlin un petit paquet soi-disant destiné au colonel Stieff. Le paquet, contenant apparemment deux bouteilles de Cointreau, dissimulait une bombe composée de deux mines et d'un détonateur à acide. Quand Hitler partit prendre son avion, accompagné par Henning von Tresckow, Fabian von Schlabrendorff alla lui aussi à l'aérodrome avec le paquet d'explosifs. Lorsqu'il fut sûr que Brandt montait dans le même avion que Hitler, Schlabrendorff appuya sur le paquet pour briser l'ampoule d'acide, puis donna le paquet d'explosifs à Brandt. La bombe était réglée de manière à ce qu'elle explose au bout de 30 minutes, mais Hitler atterrit sans problème deux heures plus tard. Les conspirateurs en informèrent alors le groupe putschiste à Berlin et récupérèrent le paquet avant qu'il n'explose. Il s'est avéré que le détonateur avait fonctionné correctement ; on présume que la bombe n'a pas explosé en raison du froid.

 

1944


Le matin du 20 juillet 1944, von Stauffenberg partit de son appartement à Berlin-Nikolassee et prit l'avion pour Rastenburg, en Prusse Orientale.  von Stauffenberg  alla, sous prétexte de vouloir se rafraîchir et changer de chemise avant la conférence avec Hitler, dans la chambre de l'aide de camp de Keitel. C'est là qu'ils voulait amorcer les détonateurs des explosifs afin qu'ils déclenchent l'explosion 10 à 12 minutes plus tard, et mettre ceux-ci dans le porte-documents de von Stauffenberg. Les deux hommes furent dérangés par l'adjudant-chef Werner Vogel, qui les appela à venir à la conférence, c'est pourquoi ils ne purent amorcer que l'une des deux bombes prévues. La deuxième bombe resta dans le porte-documents de Werner von Haeften.

  A 12h30, von Stauffenberg se rendit dans le baraquement où avait lieu la conférence. A son arrivée, Keitel annonça à Hitler que von Stauffenberg lui exposerait les mesures prises pour la mise sur pied d'unités de remplacement. Von Stauffenberg déposa alors son porte-documents près de Hitler, sous la table, et quitta le baraquement vers 12h40, sous prétexte de devoir aller téléphoner.

Vers 12h50, juste au moment où Hitler se pencha au-dessus de la table en chêne pour étudier des cartes, la bombe explosa. Cinq des vingt-quatre personnes présentes dans le baraquement furent tuées, les autres blessées. Hitler n'eut que quelques petites égratignures.

Von Stauffenberg entendit l'explosion et partit tout de suite en voiture avec von Haeften. Leur voiture, conduite par le lieutenant Erich Kretz, passa à environ 70 mètres à côté du baraquement enfumé et sortit de la zone de haute surveillance juste avant que l'alerte soit donnée et que toutes les sorties soient fermées. Arrivés au corps de garde extérieur, l'adjudant-chef Kolbe ne voulut pas les laisser passer. Von Stauffenberg téléphona alors au capitaine de cavalerie von Möllendorff à l'état-major de place, qui les autorisa à passer. Sur la route vers l'aérodrome, von Stauffenberg jeta le deuxième paquet d'explosifs par la fenêtre. Arrivés à l'aérodrome à 13h15, ils prirent aussitôt l'avion pour Berlin, où von Stauffenberg devait déclencher l'"Opération Walkyrie" et diriger le coup d'État.

Vers 14h, le chef de la SS, Heinrich Himmler, demanda à la présidence de la police du Reich à Berlin de charger des spécialistes d'élucider l'attentat. Il donna l'ordre d'arrêter von Stauffenberg. Ce n'est que vers 15h que le général Olbricht reçut à Berlin une vague information sur un attentat avec plusieurs victimes. Mais il se décida à attendre des nouvelles de von Stauffenberg, pour ne pas avoir à retirer l'ordre "Walkyrie" au cas où ce ne soit qu'une feinte. A 15h, von Stauffenberg était à Berlin et von Haeften diffusa la nouvelle de la mort de Hitler. Comme le commandant en chef Fromm refusa de participer à l'opération, Keitel lui ayant assuré que Hitler était toujours en vie, les conjurés l'arrêtèrent et confièrent le commandement suprême au feld-maréchal von Witzleben.

Publié dans le 20 eme siecle

Commenter cet article

Dziadek 13/08/2006 18:30

4 PERSONNES etait morts et 11 blesses legerement