la 2eme croisade

Publié le par nc

Elle est provoquée par la chute d'Édesse en 1145  face aux musulmans

 L'initiative première revient au roi de France, Louis VII, désireux de se rendre en pélerinage à Jérusalem. Il obtient du pape Eugène III la nouvelle promulgation d'une bulle de croisade restée jusque là sans effet . La prédication est confiée à Bernard de Clairvaux qui en mars 1146 entraîne à Vézelay la prise de croix de nombreux nobles français et parvient même à convaincre Conrad III de prendre la tête d'une expédition .

L'indiscipline surtout dans la croisade allemande, provoque des incidents au passage de l'armée dans les Balkans. Mais les plus graves difficultés avec Byzance sont d'ordre politique. Manuel Ier Comnène  ne redoute pas trop le passage de ces armées dans l'Empire. Il craint cependant quelles  renforce la principauté d'Antioche sur laquelle il veut  rétablir sa suzeraineté.et quelle affaiblissent  l'alliance germano-byzantine contre Roger II de Sicie


mais sans l'appui byzantin, la traversée de l'Asie Mineure est difficile. Français et Allemands ne s'entendent pas et cheminent séparément. L'armée de Conrad III est battue à Dorylée et l'empereur, réconcilié avec Manuel, gagne Acre sur des vaisseaux byzantins. Louis VII suit le littoral, mais, harcelé dans la vallée du Méandre, doit abandonner les non-combattants à Attalia et s'embarquer pour Antioche avec ses chevaliers. Les mauvais rapports entre les croisés et Byzance et entre les croisés eux-mêmes ont t réduit de près de trois quarts les effectifs de la croisade.la mésentente entre les croisés et les Francs d'Orient conduisent la croisade à l'échec. Le pélerinage l'emporte sur les nécessités de la défense de l'Orient latin dont les croisés méconnaisssent la situation. Leur voeu accompli, certains croisés repartent pour l'Europe, tandis que les deux souverains, repoussant les projets les plus modérés, se laissent entraîner par certain barons, à une expédition  contre Damas. La seconde croisade s'achève en 1149 sans aucun résultat.
Devenu roi de Sicile en 1130, Roger II de Sicile a des ambitions territoriales renaissantes. Il s'est donc emparé de Corfou, de Thèbes et de Corinthe en 1147. Manuel Ier envisage de reconquérir par les armes l'empire romain
il débarque, remporte quelques succès autour d'Ancône.mais Il est battu en 1156 

 

La paix est signée en 1158; c'est la fin de la tentative byzantine. Manuel Ier repousse ses frontières vers le nord en direction de la Serbie, de la Bosnie, de la Croatie et de la Dalmatie, et intervient dans le choix du roi de Hongrie. Cependant, cette politique expansionniste inquiète l'empereur de Germanie et Venise.

Les Byzantins essuyent une grave défaite à Myrioképhalon en 1176 face aux Turcs : c'est la ruine de tout espoir de vaincre les Turcs en Asie. Manuel Ier Comnène meurt en 1180. La fin du XIIe siècle est catastrophique pour l'empire byzantin, à cause de la complexité dans la désignation de l'empereur : une série de coups d'États a lieu, mettant au prises les familles rivales : les Comnène et les Ange.


 

 

 

 


 

 

 


Publié dans moyen age

Commenter cet article