la defense

Publié le par henri

cnit1.JPG

En septembre 1958, l’Établissement public pour l'aménagement de La Défense (EPAD) est créé par l’État pour construire, gérer et animer le quartier. La Défense commence à se dessiner. Un premier plan d’aménagement est approuvé par l’État en 1964. Les premiers immeubles dont la Tour Esso et la Tour Nobel sont construits et viennent remplacer petit à petit les usines, les bidonvilles voisins et quelques fermes. Le Centre des nouvelles industries et technologies (CNIT) dessiné par les architectes Robert Camelot, Jean de Mailly et Bernard Zehrfuss, prévu dès 1956 avant l'EPAD, est inauguré en 1958 par le Général De Gaulle à l’occasion de l’exposition Les Floralies. Les tours, obéissant à ce premier plan, dites de première génération, sont toutes d’un gabarit identique : une base de 42 mètres sur 24, limitées à une hauteur de 100 mètres et d’une surface de 30 000 m2. En 1966, la Tour Nobel  est la première tour à se dresser à La Défense.
cnit3.JPG

Au début des années 1970, pour répondre à une forte demande, les tours de deuxième génération font leur apparition. Le plan de 1964 est modifié pour augmenter la surface des immeubles. Des tours de 100 000 m2 font leur apparition comme la Tour Fiat, culminant à 184 m avec ses 44 étages. À partir de 1973, la crise économique ralentit fortement le développement de ce quartier qui est au plus mal : pas un m2 de bureau ne se vend pendant 4 ans.

 

Dès le début des années 1980, pour relancer la construction de la Défense, des tours de troisième génération sont construites, sur un modèle plus économique : moins larges et moins hautes comme les Tour Pascal, Tour Voltaire et tout le quartier Michelet. Le plus grand centre commercial d’Europe de l’époque (100 000 m2), les Quatre Temps, est créé en 1981. En 1982, l’EPAD, sous l’impulsion du Président François Mitterrand, lance le concours « Tête Défense » qui conduira à la construction de la Grande Arche. Durant cette même période, des hôtels sont construits, le CNIT est remodelé (1989) et le prolongement de la ligne 1 du métro parisien rapproche La Défense de Paris intra-muros.

En 1993, La Défense connaît sa seconde crise. Il faut attendre 1997 pour qu’un redémarrage spectaculaire surgisse. Aujourd’hui, La Défense est le premier quartier d’affaires d’Europe. Les principales sociétés installées sont Cegetel, la Société générale, Total, Aventis. La plus grande tour est celle de Total, construite en 1985. Avec 48 étages sur 187 mètres de hauteur, c’est le deuxième plus grand gratte-ciel de France après la tour Montparnasse. Une partie des services du ministère des transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer est implantée dans la Grande Archela Tour Pascal. et 

De nouvelles tours de hauteur comparable, appelées Tour T1 et Tour Granite, sont en cours de construction. D’autre part Bernard Bled, directeur général de l’EPAD, a proposé le 2 décembre 2005 au conseil d’administration de l’EPAD, le Projet La Défense 2015, un important plan de développement qui comporte la construction de 850 000 m2 de bureaux et 100 000 m2 de nouveaux logements, l’édification de tours de 300 mètres de haut la Tour Signal et la Tour Phare et la rénovation de tours existantes, prévue aux environs de 2015, cela donnerait une nouvelle dimension à La Défense.
Ce plan ambitieux et volontariste devra surmonter plusieurs facteurs de blocage : volonté des pouvoirs publics de rééquilibrer un emploi du secteur tertiaire trop concentré dans les Hauts-de-Seine, moyens de transport saturés ne permettant pas de faire face à l’afflux de nouveaux salariés.
Mais il faut noter que, contrairement aux autres grandes capitales du monde, la Ville de Paris s’oppose toujours fermement depuis 1975 à la construction sur son territoire de grandes tours de plus de 7 étages à usage commercial, la Tour Maine-Montparnasse, l’Hôtel Concorde Lafayette, et l’Hôtel Méridien Montparnasse étant les dernières construites avant cette interdiction. Les bâtiments non résidentiels les plus hauts construits à Paris depuis cette interdiction sont ceux de la Bibliothèque nationale de France, ou des tours résidentielles.

En février 2007 trois projets sont ainsi lancés à La Défense :
 - La construction de la Tour Generali de 90 000 m2 et d’une hauteur de 300 mètres a été annoncée par la compagnie d’assurance Generali en octobre 2006. Cette tour dont la conception est confiée au cabinet d’architectes Valode-et-Pistre sera construite sur l’emplacement actuel de l’immeuble IRIS.
 - La société immobilière Unibail a confirmé en novembre 2006 son projet pour la Tour Phare qui devrait s’élever d’ici 2012 à environ 300 mètres et se trouver non loin du CNIT.
 - La tour Majunga, également initiée par Unibail, devrait mesurer dans les 180 m de hauteur vers 2011.

La relance des projets de démolition-reconstruction, permettant d’optimiser les espaces et éviter les coûteux réaménagements ou consolidation d’immeubles existants en vu de leur rehausse, ont été grandement facilités par la décision publique de ne plus taxer la construction de toute la surface de bureaux construite, mais seulement la surface supplémentaire apportée par la reconstruction.

Publié dans l'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article