berlin

Publié le par henri

Les territoires du Brandebourg colonisés par les Slaves entre les VIe et VIIIe siècles sont convoités par les princes germaniques durant le Xe siècle. La région entre l'Elbe et l'Oder sera christianisée puis intégrée au St Empire Romain Germanique.
De 1220 à 1244, une seconde vague de colonisation germanique s'opère avec l'arrivée des Templiers à Tempelhof, la fondation de Cölln sur une île de la Spree ainsi que la prise de Köpenick,. Berlin est mentionné la première fois par un acte margravial en 1244.
A cette époque les villes voisines de Berlin et de Cölln sont des comptoirs, où le commerce du bois, des fourrures et des céréales sont les principales activités commerciales. Les deux cités contôlent le trafic de la Spree.
Bild:Barnimteltow um 1250.png

A la fin du XIIIe siècle, Berlin compte près de 3000 habitants. L'essor économique de Berlin s'illustre par ses foires, ses liens étroits avec les cités hanséatiques ainsi que le droit de battre monnaie, qui lui est conféré en 1280.
1307 : Berlin et Cölln s'unissent tout en préservant leur autonomie administrative. l'Empire connait une période de troubles et d'anarchie, entretenue par les ambitions des princes. De ce fait, Berlin et Cölln décident d'organiser leur propre défense contre les chevaliers brigands en créant leur propre armée territoriale, la Landwehr.
Profitant de la vacance du pouvoir impérial, Berlin renforce son autonomie et développe son activité économique. En 1359, Berlin et Cölln intègrent la Hanse. Entre 1363 et 1380, le Brandebourg subit l'occupation des troupes de Charles IV de Luxembourg. Les villes du Brandebourg s'unissent, sans succès, contre les chevaliers brigands afin de préserver les voies commerciales asssurant leurs revenus et débouchés commerciaux.
En 1402 La Nouvelle Marche est attribuée à l'Ordre teutonique qui pacifie les territoires sous son autorité.

1411 : Election de Sigismond au titre impérial. Le pouvoir du margraviat demeure alors vacant. La Marche est alors administrée par son neveu, Frédéric IV de Hohenzollern, burgrave de Nuremberg. Etant créancier de son oncle, il se voit attribuer les terres et titres du Brandebourg. Il devient alors Frédéric I de Brandebourg.
La dynastie des Hohenzollern prend pied au Brandebourg jusqu'en 1918, avec l'abdication de l'Empereur GuillaumeII.


Bild:Memhardt1652.jpg

Jean L' Alchimiste abroge l'autonomie accordée par son père aux villes de ses possessions. Devant la pression fiscale, les villes de Berlin et Cölln renforcent leur union politique avec un conseil unique de 15 membres
Et en 1442 Frédéric II dissout l'union entre Berlin et Cölln à la suite d'une révolte.
En 1448 Berlin se soulève contre Frédéric II, mais est assiéger. A bout de vivres et privé du secours des villes de la Hanse, Berlin capitule et abandonne définitivement ses véléités d'autonomie. L'installation de la Cour à Berlin permet de créer de nouveaux emplois et métiers. Jean le Cicéron fait de Berlin sa résidence principale et de ce fait la capitale de l'Electorat, Kurfürstentum.
A la Fin du XVIe Siecle : Berlin ne connait qu'une faible croissance démographique. Les nouveaux habitants sont des officiers détachés à la Cour ainsi que des marchands et artisans saxons. Joachim II fait venir à sa cour des artistes et des savants, favorise les Arts et fait agrandir le château de Cölln et reconstruire les châteaux de Köpenick et de Grunewald. Les fortifications sont renforcées avec l'édification de la citadelle de Spandau.
1569-1618 : Les Hohenzollern connaissent agrandissent leurs domaines. Les droits de succession du Duché de Prusse sont achetés en 1569.
Lors de la Guerre de Trente ans, les princes protestants s'allient à la France catholique et la Suède de Gustave II Adolphe contre l'Autriche voulant rétablir l'autorité de l'Eglise catholique dans le Saint Empire Romain Germanique.
Berlin et Cölln voient leurs populations s'enfuir. Berlin perd sa fonction de résidence en 1627 au profit de Königsberg, jugée alors moins exposée aux du conflit.
L'armistice est signé en 1641. La Paix de Westphalie, signée à Münster, scelle l'émiettement de l'Allemagne. Frédéric Guillaume, s'attache alors à reconstruire son Electorat, et à le transformer en un puissant Etat centralisé. Pour ce faire, il fait appel à de nombreux étrangers  et lance un vaste plan de redressement économique.
Entre 1650 et1683 : L'avenue Unter den Linden est tracée et traverse le quartier de Dorotheenstadt. Berlin s'entoure de nouveaux remparts qui englobent l'île marécageuse de Werder. Ou un nouveau quartier y sera établi.

En 28 juin 1675 : Victoire de Fehrbellin lors de laquelle les Suédois furent défaits. Le Brandebourg compte à présent parmi les grandes puissances de l'Europe septentrionale.
En 1685 : L'Edit de Nantes est révoqué par Louis XIV. Les huguenots arrivent en nombre en Brandebourg et contribuent à l'essor démographique.

Image:Berlin Dusableau 1737.jpg

1701 : Frédéric III soutient l'Empereur Léopold I lors de la guerre de Succession d'Espagne et obtient en échange que le duché de Prusse soit érigé en Royaume. Il est couronné le 18 janvier.
Au Début du XVIIIe Siecle : Les communes de Berlin, Cölln, Friedrichswerder, Dorotheenstadt et Friedrichstadt fusionnent.
De 1713 a 1740, Frédéric Guillaume I s'emploie à redresser les finances de son royaume. Les mesures prises sont d'ordre protectionnistes, et mettent en brèche les monopoles et les corporatismes. la diversification de l'économie est assurée par l'arrivée de nouveaux émigrés fournissant une main d'oeuvre qualifiée aux manufactures textiles.
Sous son règne, l'armée devient un puissant instrument d'Etat. Les effectifs sont portés à 81 000 hommes. Les officiers sont formés à l'école des Cadets, fondée en 1717.
La France, la Saxe et l'Autriche décident de contrer le rayonnement de la Prusse, qui trouve un allié inattendu : l'Angleterre. La Guerre de Sept ans éclate lorsque Frédéric et ses troupes envahissent la Saxe. En 1760 Berlin est occupé par les troupes de la tsarine Elisabeth Petrovna. La mort subite du souverain russe sauvera Frédéric II. En effet, le fils d'Elisabeth voue une profonde admiration pour le monarque prussien. La paix est signée à Hubertusburg
De nouvelles réformes contribuent à moderniser l'appareil d'Etat prussien : fondation de la banque royale. Berlin commence à s'industrialiser.
La population de la capitale double en l'espace de 50 ans.
Dans le domaine culturel, l'on voit naître un renouveau : le romantisme fait son apparition. Frédéric Guillaume II, ami des Arts, est un fervent défenseur du théâtre en langue allemande.

1792 : La Prusse affronte la France révolutionnaire et essuie une sévère défaite à Valmy.
1797 : Frédéric Guillaume III accède au trône. Berlin connait un développement industriel important sous l'impulsion des manufactures d'Etat.
Les conditions de vie des travailleurs ont particulièrement dures à Berlin. Un ouvrier consacre en moyenne 3/4 de ses revenus à acheter du pain.
Jusqu'en 1805 la Prusse entretient une neutralité bienveillante à l'égard de la France napoléonienne. Après avoir rejoint la coalition anti-napoléonienne, la Prusse est défaite à Iena et Auerstedt : Napoléon fait son entrée triomphale à Berlin le 27 octobre 1806. L'occupation française dure près de 3 ans et laisse derrière elle de puissants ressentiments : de lourdes contributions accablent les Berlinois.
Sous l'autorité française, le servage est définitivement aboli et marque le début d'un vaste exode rural.
En 1813 Les troupes du Tsar arrivent à Berlin et mettent en déroute l'arrière garde de la Grande Armée. Le 17 mars, Frédéric Guillaume III, lance la Guerre de Libération contre la France et en 1814, Entrée victorieuse des troupes prussiennes à Paris.
1815 : Les troupes de Blücher participent à l'écrasement de Napoléon à Waterloo. Dorénavant, la Prusse fait partie des grandes puissances européennes.
La Confédération Germanique se substitue au Saint Empire et regroupe 39 états, dont la Prusse.
En lieu et place d'une monarchie constitutionnelle, réclamée par les artisans de la libération, Frédéric Guillaume III restaure l'ancien régime.

Les manufactures textiles et les premières industries sidérurgiques s'implantent dans le Nord de Berlin ou le long de la Spree à l'Est ainsi qu'en aval de Charlottenburg.
cette période s'accompagne d'une formidable croissance économique et démographique. Berlin passe de 197 000 à 400 000 habitants.
En 1838 : Première ligne de chemin de fer Berlin-Potsdam. L'industrie ferrovière se développe à Berlin avec la firme de locomotives Borsig. En 1844, la première exposition industrielle des états du Zollverein connaît un franc succès.
De 1844 a 1847 : Une sévère récession économique touche l'Europe entière. La municipalité de berlin entreprend de grands travaux d'utilité publique, comme le creusement du Landwehrkanal, pour subvenir aux besoins des chômeurs.
1848 : La révolution berlinoise constitue un tournant dans l'histoire du royaume puisqu'il s'agit du premier mouvement ouvrier, et engendre le processus d'unification des états allemands.
Entre 1848 et 1870 : La Prusse rattrape son retard économique sur la France. Près de 2/3 des Berlinois travaillent dans l'industrie.
1862 : Otto von Bismarck est nommé chancelier. L'Unité allemande devient un sujet qui passionne l'opinion publique. Un plan d'urbanisation, portant le nom d'Hobrecht, vise à canaliser l'expansion de la capitale.
1866 : La Confédération d'Allemagne du Nord voit le jour en 1867.
De 1870 a 1871 : L'essor de la Prusse inquiète la France. Napoléon III, se lance dans un conflit paye le prix fort à Sedan. C'est la chute de l'Empire français l'Empire allemand est proclamé le 18 janvier 1871 dans la galerie des glaces du château de Versailles.
En 1871 : Berlin compte 870 000 habitants.
Les années qui suivent la victoire sont une période de boom économique et de spéculation. Il s'en suivra un krach boursier entraînant une stagnation dans l'Europe entière jusqu'en 1890.
En 1876 : Le plan Hobrecht améliore l'hygiène publique.

Bild:Berlin Map 1885.jpg

Avant la 1er guerre mondiale Berlin compte 2 millions d'habitants.
Entre 1914 et 1918 : La mobilisation générale déclenche l'enthousiasme, mais retombe très vite lorsque le conflit commence à s'enliser. La population subit les conséquences du blocus maritime orchestré par la Royal Navy.
L'armistice est signé le 11 Novembre, deux jours après l'abdication de Guillaume II qui s'exile aux Pays-Bas.
Le 9 Novembre 1918 Karl Liebknecht proclame la République socialiste libre d'Allemagne.
En 1920 La loi sur la création du "Grand Berlin" entre en vigueur.
En 1925 : L'économie allemande est relancée. Berlin devient une ville de loisirs et de distractions avec l'apparition de nouvelles technologies comme la radio, le cinéma ou le phonogramme.
En 1929 Le scandale Sklarek fait plonger la direction de la municipalité de Berlin. C'est l'entrée du parti nazi à l'assemblée municipale avec 5.8% des suffrages.
Le Krach de Wall Street touche l'Allemagne. Les banques étrangères exigent le remboursement immédiat des emprunts à court terme accordés dans le cadre de projets à long terme. L'effondrement de l'économie est imputé aux sociaux démocrates par les démagogues de tout bord. Communistes et Nazis se disputent pour porter secours aux victimes de la crise.
Les batailles de rue sont quotidiennes.

En 1932 Les violences s'accentuent lors de nouvelles élections. Hindenburg dissout le gouvernement social-démocrate et nomme le chancelier Franz von Pappen, qui proclame l'etat d'exception à Berlin. L'armée contrôle la ville. Le 30 Janvier 1933 Hitler est désigné chancelier par Hindenburg.
En 1933 : Le 27 Février, les nazis incendient le Reichstag et accusent les communistes. Création de la Gestapo qui s'installe dans la Prinz Albert Strasse. L'ancienne école militaire de Tempelhof, Columbiahaus, devient un centre de torture pour opposants au régime. Le premier camp de concentration, Sachsenhausen, est aménagé à 30km au Nord de Berlin.
En 1934 : Nuit des longs couteaux. Hitler fait liquider son compagnon, Ernst Röhm, chef de file des SA et partisan d'une seconde révolution.
En 1936 : Berlin accueille les jeux olympiques d'été. Le régime est en quête de respectabilité et fait le ménage dans ses pratiques répressives lors des manifestations sportives.
En 1940 : Défaite de la France.
De 1941 a 1942 : Les bombardements alliés se multiplient. La population civile se terre dans les abris antiaériens. Premières difficultés d'approvisionnement. Toute l'économie de la ville est réquisitionnée pour l'effort de guerre. La Gestapo traque juifs, tsiganes et membres de mouvements de résistance.
20 Janvier 1942 : Conférence de Wannsee. Décision de la Solution finale.
1943 : Goebbels proclame la Guerre totale.
En 1945 Les troupes soviètiques ne sont plus qu'à une soixantaine de kilomètres de la capitale. Berlin est transformée en un vaste camp retranché divisé en 3 zones concentriques.
Le 20 avril 1945 a lieu l’assaut final des armées de Joukov et Koniev. La ville est inlassablement pilonnée puis investie quartier par quartier. Les unités soviétiques viennent à bout du dernier ilôt de résistance constitué autour du Reichstag, sur lequel le drapeau rouge est hissé le 30 avril au soir. L'Armée rouge a perdu près de 100 000 hommes. La Wehrmacht capitule sans condition à Karlshorst le 7 mai 1945.
Au lendemain de la guerre, Berlin est une capitale fantôme. Après 363 attaques aériennes et l'assaut final de l'Armée Rouge, 43 % des habitations sont détruites et Berlin déplore 50 000 victimes. 75 millions de m3 de gravats seront déblayés et rassemblés en neuf collines artificielles. Les quartiers de Mitte, Tiergarten, Friedrichshain et Kreuzberg sont les plus endommagés.


La conférence de Potsdam entérine le plan d'occupation de l'Allemagne et de Berlin en quatre secteurs. Un Conseil de contrôle interallié a la charge de gouverner l'Allemagne occupée ainsi que l'ancienne capitale du Reich.

En 1947 Les administrations municipales se scindent entre les secteurs d'occupation occidentaux et celui contrôlé par les soviétiques.
du 4 juin 1948 au 12 mai 1949 a lieu Blocus de Berlin par les soviétiques. Pont aérien occidental. Formation de la RFA et de la RDA.
Le 16 et 17 juin 1953, Soulèvement ouvrier à Berlin Est, réprimé par l'intervention des chars soviétiques. Le miracle économique ouest allemand attire près de 3 millions d'Allemands de l'Est jusqu'à la construction du mur. 13 août 1961 : Ulbricht ordonne la fermeture des points de passage vers l'Ouest et décide de construire un mur pour stopper l'hémorragie.

http://userpage.chemie.fu-berlin.de/bilder/mauer.gif

1965 - 1968 : Contestation étudiante à Berlin Ouest. Manifestations contre la guerre du Viêt-Nam. La RDA profite des troubles pour infiltrer les groupes pacifistes et gauchistes et héberger les terroristes de la Fraction Armée Rouge.
1970 - 1981 : Avec la détente, Berlin cesse d'être un point de frictions entre les deux blocs. Le chancelier Willy Brandt conduit l'Ostpolitik visant à obtenir la reconnaissance mutuelle des deux Allemagnes.
Les deux parties de la ville se développent de manière autonome. Berlin Est est la première ville industrielle, le centre politique et culturel du régime de Pankow. Berlin Ouest souffre de son isolement et voit sa population diminuer et vieillir.
1981 - 1989 : Berlin Ouest connaît un changement de majorité au Sénat ; la CDU met fin à un règne de 35 ans du SPD. La liste des alternatifs fait son entrée au parlement.
En 1987, Berlin célèbre de part et d'autre du mur son 750e anniversaire. L'héritage culturel prussien est réabilité et mis en valeur.
1989 : La SED fait fi de la perestroïka qui a débuté à l'initiative de Mikhaïl Gorbatchev. 65000 allemands de l'Est profitent de l'ouverture des frontières de la Tchécoslovaquie et de la Hongrie pour trouver refuge au sein des ambassades de la RFA à Prague et Budapest. Premières grandes manifestations organisées par les mouvements d'opposation à Leipzig et dans d'autres grandes villes de RDA. Berlin Est est quadrillé par la police populaire. Pour le 40eme anniversaire de la RDA, Erich Honecker invite Gorbatchev pour assister aux festivités. Ce dernier met en garde son homologue est-allemand : "Celui qui réagit trop tard est puni par la vie".
4 Novembre 1989 : Un million de personnes défilent à Berlin Est. Le 7 novembre, le gouvernement de la RDA démissionne. Deux jours plus tard, un porte-parole du gouvernement de Berlin Est annonce l'ouverture des points de frontière le lendemain matin. La foule avertie s'empresse aux abords du mur ; les Vopos désemparés finissent par laisser passer les Berlinois de l'Est : Dans l'allégresse générale, les Berlinois des deux côtés se retrouvent et célébrent la chute du mur au pied de la Porte de Brandebourg.
Image:Occupied Berlin.svg

1990 : Destruction complète du mur. L'union monétaire entre en vigueur le 1 Juillet et le traité d'unification fixe les conditions d'adhésion des cinq Länders à la RFA. Le 3 Octobre, l'Allemagne est officiellement réunifiée. La première assemblée de l'Allemagne unie se réunit au Reichstag.
1991 : Berlin est désignée comme nouvelle capitale de l'Allemagne unie.
1992 - 1993 : La difficile reconversion de l'économie Est allemande provoque un profond malaise qui se traduit par la percée des partis de l'extrême droite et de la remontée du PDS, héritier du SED.
1994 : Les troupes d'occupation quittent Berlin. Début des travaux du quartier gouvernemental, de la Potsdamer et Leipziger Platz.
1998 : Défaite de la CDU aux élections législatives. Gerhard Schröder succède à Helmut Kohl, le chancelier de la réunification.

1999 - 2001 : Déménagement du gouvernement à Berlin. Inauguration du Reichstag, de la nouvelle chancellerie fédérale et du nouveau complexe de la Potsdamer Platz.
Impliquée dans la faillite de la Berliner Bankgesellschaft, la CDU perd les élections renouvelant le Sénat. La grande coalition menée par Eberhard Diepgen prend fin et conduit à la formation d'une nouvelle coalition "Rouge-Rouge" entre le SPD et le PDS de Gregor Gysi.
2002 : Klaus Wowereit, la tête de liste du SPD, devient le nouveau maire de Berlin.
2005 :Après une courte victoire l'obligeant à former une grande coalition avec le SPD, Angela Merckel (CDU) devient la première femme à accéder au poste de chancelier dans l'histoire allemnde. Depuis la réunification, il s'agit également d'une première, dans la mesure où Angela Merckel est le premier chancelier originaire des nouveaux Bundesländer.
2006 :Berlin accueille la finale de la Coupe du Monde de football au Stade Olympique.

Publié dans l'histoire

Commenter cet article