René Coty

Publié le par nc

L'image “http://www.senat.fr/evenement/archives/D34/Rene_coty_3.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

René Jules Gustave Coty est né le 20 mars 1882 au Havre
Il fit des etudes de droit, lettres, philosophie. Spécialisé en droit maritime et commercial. Inscrit au barreau du Havre, il y plaide également au civil et au pénal.

Fondateur d'un cercle littéraire en 1905, il s'inscrit dans la ligne de Gambetta, Jules Ferry et Waldeck-Rousseau.
conseiller d'arrondissement radical-socialiste en 1907 et conseiller municipal du Havre en 1908. Avocat du syndicaliste Jules Durand en 1910 dans une affaire qui inspira Salacrou dans Boulevard Durand. Conseiller général de Seine-Inférieure dès 1913.
Engagé volontaire comme homme de troupe lors de la Première Guerre mondiale au 129e Régiment d'infanterie, il participe à la bataille de Verdun
Député depuis 1923, il succède à Jules Siegfried cependant qu'il s'éloigne du parti radical pour se rapprocher de l'Union républicaine et se joint au groupe des républicains de gauche. Il est sous-secrétaire d'État à l'Intérieur du 13 au 23 décembre 1930 dans le cabinet Théodore Steeg.
Sénateur depuis 1936, il vote les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain en 1940. Inéligible pour cette raison à la libération, il est réhabilité dès 1945.
René Coty est ministre de la Reconstruction et de l'Urbanisme dans le gouvernement Robert Schuman  du 24 novembre 1947 au 26 juillet 1948, dans le gouvernement André Marie du 26 juillet au 5 septembre 1948 et dans le gouvernement Robert Schuman du 5 septembre au 11 septembre 1948.
Vice-président du Conseil de la République en 1948, il approchait de ses soixante-douze ans à la fin de 1953 et on ne pensait guère à lui pour succéder à l'Élysée à Vincent Auriol. Mais, pour la première fois, alors que jusque-là le président de la République était rapidement élu, les scrutins s'éternisèrent lors de l'élection de 1953 : Joseph Laniel, candidat de la droite, n'arriva jamais à obtenir la majorité absolue, nécessaire. Après le dixième tour, il se retira au profit de Louis Jacquinot, lequel fit encore moins bien, passant même au-dessous de son rival socialiste, Marcel-Edmond Naegelen ; il se retira à son tour au profit de René Coty qui, sans être candidat, avait obtenu soixante-et-onze voix. Cette fois, le nouveau candidat de la droite passa d'emblée à douze voix de la majorité absolue ; on décida de procéder immédiatement au treizième tour et René Coty fut élu pour entrer en fonction le 16 janvier 1954.
En mai 1958, René Coty fait appel a de Gaulle. Pour contrer l'opposition de l'Assemblée nationale dominée par la Gauche, il menace de démissionner sur-le-champ en cas de refus d'investiture du Général, ce qui aurait provoqué un coup d'état militaire. En effet, l'interim de la présidence de la République aurait été assuré par le président de l'Assemblée nationale André Le Troquer qui avait très mauvaise réputation. Il confie alors au général de Gaulle la tâche de constituer un gouvernement. La constitution de la Cinquième République est promulguée le 4 octobre et il transmet ses pouvoirs au général le 8 janvier 1959
Il désapprouvera cependant le recours au référendum pour décider de l'élection présidentielle au suffrage universel en 1962.
Il meurt le 22 novembre 1962

Publié dans biographie

Commenter cet article