Napoléon Bonaparte

Publié le par nc


Image:Napoleon Bonaparte.jpg

Né le 15 août 1769 à Ajaccio, Louis Napoléon Bonaparte est le 2ème fils de Carlo Maria Buonaparte et de Letizia Ramolino. Son père, avocat au conseil supérieur de Corse, fut aussi élu député de la noblesse de Corse auprès du roi en 1777. Il lutta pour l’indépendance de la Corse. Le 1er janvier 1778, Napoléon et son frère Joseph entrent au collège d’Autum. Le 15 mai 1779, Napoléon est admis au collège militaire de Brienne. Il le quittera en 1784 pour l’école royale militaire de Paris.
En 1785, alors qu’il n’a que seize ans, il devient lieutenant en second dans l’artillerie et est affecté en garnison à Valence. Mais son père meurt la même année et il est contraint de soutenir les intérêts familiaux et d’entretenir ses frères et sœurs.

La nuit du 4 août 1789, l’abolition des privilèges ouvre toutes les portes d’une grande carrière militaire à Napoléon. Pourtant, comme son père, il s’engage dans les luttes politiques de l’île. Néanmoins il est réintégré dans l’armée royale et nommé capitaine tout en s’opposant, comme lieutenant-colonel de la Garde nationale d’Ajaccio, aux " paolistes " qui cherchent à établir l’indépendance de l’île avec l’appui des Anglais. En juin 1793, lors de la déclaration de l’indépendance de la Corse, il se rallie définitivement à la France.
Durant l’été 1793, la France, dirigée par le Directoire, est menacée par l’Europe des rois coalisés. Napoléon est nommé chef d’artillerie et affecté au siège de la ville de Toulon qui se trouve sous l’emprise des Anglais. Il contribue dès lors à sa prise le 17 décembre 1793. En récompense, il est désigné général de brigade par le Comité de Salut public.
Le 5 octobre 1795, il est chargé par Barras de réprimer l’insurrection royaliste de Paris dirigée contre le Directoire. En récompense, il est nommé général de division et commandant de l’armée de l’Intérieur. Le 11 mars 1796, Napoléon part pour l’armée d’Italie dont il a reçu le commandement le 2 mars 1796 en tant que général en chef de l’armée d’Italie ; et ce jusqu’au 5 décembre 1797, date de son retour à Paris.
Le 19 mai 1798, Napoléon Bonaparte s’embarque cette fois-ci pour l’Égypte. Il y restera jusqu’au 23 août 1799. Cette expédition achèvera de parfaire sa popularité. Les 9 et 10 novembre 1799 (18 et 19 brumaires de l’an VIII), les conjurés désignent un consulat provisoire à la tête duquel ils nomment le général Bonaparte assisté de Ducos et de Sieyès. Le 15 décembre 1799, Napoléon proclame la Constitution autoritaire de l’an VIII, pour ensuite devenir 1er Consul muni d’un pouvoir considérable.

En 1801, Napoléon signe le Concordat avec le pape Pie VII. Il obtient le droit de veto sur les nominations ecclésiastiques. Durant quatre ans, le 1er Consul pacifie le pays, réorganise l’administration, les finances, la Justice et l’Eglise, donne donc à la France de grandes institutions : il crée la Banque de France, affirme la liberté d’entreprise, introduit un livret de travail, ainsi que le Code d’honneur et promulgue le Code civil le 21 mars 1804. A l’extérieur du pays, Napoléon part de campagnes en campagnes.
En 1802, assuré de tous les pouvoirs, la Constitution de l’an X le désigne Consul à vie. Jusqu’à son sacre d’Empereur en 1804, Napoléon ne cessera de s’investir dans sa fonction. Il deviendra d’ailleurs le médiateur de la Confédération suisse en 1803. Grâce à son prestige auprès du peuple et à son génie politique, le 18 mai 1804, le sénat vote à l’unanimité l’instauration du gouvernement impérial, proclamant ainsi Napoléon empereur héréditaire des Français. Finalement le 2 décembre 1804, Napoléon, désormais appelé Napoléon Ier, est sacré empereur par le pape Pie VII à Notre-Dame de Paris.
Napoléon Bonaparte se popularise très vite par son génie militaire, ses capacités de général, sa science, sa bravoure et son sens stratégique.
Au combat, son courage lui valait l’adoration des grognards. Toujours en première ligne et s’exposant volontiers au feu de l’ennemi, il risqua sa vie plusieurs fois. Il fut notamment touché au pied.
En 1805, la Troisième coalition se forma en Europe contre Napoléon. L’Empereur qui, à Boulogne, supervisait les préparatifs en vue de l’invasion du Royaume-Uni, dut faire face à une guerre soudaine
Il mena une offensive immédiate, acheminant la Grande Armée en Autriche à marche forcée, et s’assura une brillante victoire contre l’Autriche et la Russie à la bataille d’Austerlitz
En 1806, la Prusse provoque un nouveau conflit. il balaie l’armée prussienne à la bataille d'Iéna
L’année suivante, Napoléon traverse la Pologne, remporte une victoire sur les Russes à Friedland et finit par signer, à Tilsit, au milieu du Niémen un traité avec le tsar Alexandre Ier, divisant l’Europe entre les deux puissances.
En 1808 il crée la noblesse d’Empire. Le 2 avril 1810, il épouse l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche, qui, le 20 mars 1811, lui donnera le fils qu’il aura tant attendu ; cet enfant sera surnommé le roi de Rome.
Il finit par envahir l’Espagne et installa son frère Joseph Bonaparte comme roi. Une partie de la population espagnole se souleva contre les Français. Les anglais avec l’aide des nationalistes espagnols, poussa l’armée française hors de la péninsule Ibérique, en 1812. Alexandre Ier, poussé par la noblesse russe acquise aux Britanniques, refusa de coopérer avec Napoléon pour porter le coup final au Royaume-Uni. Napoléon, croyant cette guerre inévitable, envahit la Russie en 1812. La Grande Armée, appuyée des alliés italiens, allemands, autrichiens, devint gigantesque
Les Russes, dirigés par Koutousov, suivirent la stratégie de la terre brûlée, reculant sans cesse devant les troupes françaises. La bataille de la Moskowa, le 12 septembre, ne permit pas de désigner un vainqueur.
Dès le lendemain de l’entrée des troupes françaises dans Moscou, les Russes incendièrent la ville et Napoléon dut faire retraite. Les troupes françaises effectuèrent une retraite extrêmement éprouvante vers l’Allemagne dans l’hiver russe et par les régions dévastées qu’elles avaient parcourues à l’aller.
En 1814, une alliance entre le Royaume-Uni, la Russie, la Prusse et l’Autriche fut formée. Paris tomba le 31 mars et les maréchaux forcèrent Napoléon à abdiquer. L’intention de Napoléon était d’abdiquer en faveur de son fils mais les puissances alliées exigeaient une abdication inconditionnelle.
Il fut déchu par le Sénat le 3 avril et exilé à l’île d’Elbe, selon le Traité de Fontainebleau signé le 11 avril, conservant le titre d’Empereur mais ne régnant que sur cette petite île.

Image:Napoleon4.jpg

En France, Louis XVIII écarta « Napoléon II » et prit le pouvoir. Napoléon s’inquiéta du sort de sa femme et surtout de son fils qui était aux mains des Autrichiens. Le gouvernement royaliste refusa bientôt de lui verser la pension promise et des rumeurs circulèrent quant à sa déportation vers une petite île de l’océan Atlantique sud. Napoléon décide donc de retourner sur le continent pour reprendre le pouvoir.
Les armées envoyées pour l’arrêter l’accueillirent en héros partout sur son trajet, sur la route qui porte désormais son nom. Le maréchal Ney, qui avait juré à Louis XVIII de lui ramener Bonaparte dans une cage de fer, s’inclina devant son ancien souverain, ce qui lui valut d’être le seul maréchal exécuté pour trahison lors de la Seconde Restauration. Napoléon arriva sans coup férir à Paris.
Le retour de Napoléon aux Tuileries le 20 mars 1815 marque le début de la période dite des Cent-Jours. Napoléon fait établir l’Acte additionnel aux Constitutions de l’Empire
Napoléon affirme ses volontés pacifiques, mais les alliés n’acceptent pas ce retour et reprennent les hostilités contre la France. L’armée napoléonienne est finalement défaite à la bataille de Waterloo le 18 juin 1815.

Le retour de Napoléon et sa défaite finale empire la situation internationale de la France. Laquelle est traitée plus durement encore qu’initialement prévu.
Démographiquement, la France a perdu environ 1 700 000 hommes depuis 1792, dont la majorité pendant les guerres napoléoniennes. Économiquement, la France est ruinée. Ses ports et ses arsenaux sont ruinés. La France a perdu toutes ses colonies qui lui restaient de l’Ancien Régime

Napoléon laisse une France plus petite territorialement que sous Louis XVI. il laisse une France occupée par les coalisés. La France doit payer une lourde indemnité de guerre pour l’entretien des troupes étrangères sur son territoire. Lorsque Napoléon quitte la France, il n’est pas regretté.
Il ne met pas un seul pied en Angleterre, les officiers britanniques voulant éviter absolument que Napoléon puisse demander le droit d'asile en revendiquant l'Habeas Corpus Act.
Napoléon fut emprisonné et déporté par les Britanniques sur l’île Sainte-Hélène, commandée d'abord par l'amiral Cockburn puis par Sir Hudson Lowe, avec une petite troupe de fidèles, il se consacra à l’écriture de ses mémoires pour la postérité qu'il dicta à Las Cases.
Progressivement, Napoléon tombe malade et s’affaiblit. Napoléon meurt un samedi, le 5 mai 1821, « à 17 heures et 49 minutes ». Il existe deux hypothèses sur la cause de sa mort. La première hypothèse affirme que Napoléon est mort d'un cancer de l'estomac. Selon la seconde, il serait mort des suites d'un empoisonnement à l'arsenic.

Publié dans biographie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article