édouart daladier

Publié le par nc

http://www.probertencyclopaedia.com/j/Edouard%20Daladier.jpg

Fils d'un boulanger de Carpentras, Édouard Daladier suit les cours au lycée Ampère de Lyon. Il est reçu premier à l'agrégation d'histoire.
En 1911, il est élu maire de Carpentras, puis député radical du Vaucluse de 1919 à 1940. Il devient président du Parti radical en 1927-1930 et 1936-1938
Il participe aux gouvernements du Cartel des gauches à la demande d'Herriot, comme Ministre des Colonies, de la Guerre , de l’Instruction publique, et des Travaux publics.
Il devient lui-même président du Conseil en 1933, puis en 1934, où il doit démissionner après l'émeute du 6 février. Chef du parti radical, il participe au rassemblement de la gauche pour les élections de juin 1936, en permettant l'alliance du PCF, de la SFIO et des radicaux. Il devient ministre de la Défense nationale durant le gouvernement du Front populaire de 1936 à 1937.
Initiateur en juin 1933 du « pacte à quatre », signé avec le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie pour favoriser l'intégration de l'Allemagne au sein de la Société des Nations, il est le signataire, en tant que président du Conseil, des accords de Munich en 1938. Opposé à la négociation avec Hitler, il ne signera ces accords qu'à contrecoeur, poussé par la Grande-Bretagne sans qui une guerre contre l'Allemagne n'était pas possible, le Royaume-Uni contrôlant alors la majeure partie des approvisionnements en pétrole.
Le 3 septembre 1939, il déclare néanmoins la guerre à l'Allemagne, et engage une politique anticommuniste suite au pacte germano-soviétique. Renversé le 20 mars 1940 à la suite de la non-intervention de la France en Finlande, il fait partie du cabinet Paul Reynaud comme ministre de la Défense nationale et de la Guerre. Il embarqua pour le Maroc en juin 1940, puis revient en France début août où il est arrêté et jugé lors du Procès de Riom par le gouvernement de Vichy. Incarcéré par l'État français de 1940 à 1943, il est déporté en Allemagne de 1943 à 1945.
Il retrouve son mandat de député de 1946 à 1958, et est élu maire d'Avignon en 1953. Il préside le Rassemblement des gauches républicaines en 1957, puis quitte toutes ses fonctions en 1958.
Il soutiendra Pierre Mendès France et votera contre l'investiture du général de Gaulle en 1958.
Il meurt le 10 octobre 1970

Publié dans biographie

Commenter cet article