Union de l'Europe occidentale

Publié le par nc

Le traité de coopération, essentiellement militaire (intégration collective de défense et de sécurité) est signé le 23 octobre 1954 à Paris, entre la France, le Royaume-Uni, la RFA, l'Italie, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg. C'est une réactivation directe du Traité de Bruxelles du 17 mars 1948, qui fait suite à l'échec de la Communauté européenne de défense. Le siège de l'UEO se trouvait alors à Londres.

Dans le contexte de la Guerre froide, la première fonction de cette alliance était de montrer aux États-Unis la volonté européenne de réagir face à la pénétration soviétique en Europe orientale. En apportant ainsi la preuve de leur détermination à œuvrer ensemble, les puissances signataires du Traité de Bruxelles ont contribué à vaincre la réticence des États-Unis à participer à l'édification de la sécurité européenne. Cependant, en pratique, l'UEO n'eut pas vraiment de rôle effectif, puisque dans les faits, toutes les actions de défense furent chapautées par l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord.

De 1954 à 1973, l'UEO joua un rôle important en favorisant le développement de la coopération en Europe occidentale :
- intégration de la RFA dans l'Alliance atlantique
-rétablissement de la confiance entre les pays d'Europe occidentale, notamment en matière de contrôle des armements
-règlement du problème de la Sarre
Concertation entre les États fondateurs de la Communauté européenne et le Royaume-Uni.

Après l'adhésion du Royaume-Uni à la CE en 1973, l'UEO connut un ralentissement progressif de ses activités.
La « Déclaration de Rome », datée du 27 octobre 1984 marque le processus de relance de l'UEO. Au nombre des objectifs formulés figuraient la définition d'une identité de sécurité européenne et l'harmonisation progressive des politiques de défense des États membres.

Les États membres de l'Union européenne qui ont accepté l'invitation à adhérer à l'UEO se sont engagés :
- à respecter, conformément aux principes et aux valeurs auxquels adhèrent tous les États membres de l'UEO, le traité de Bruxelles, ses protocoles et textes associés, et les accords conclus par les États membres en vertu des dispositions dudit Traité,
-à prendre acte en les approuvant des accords, décisions et règlements adoptés conformément aux dispositions dudit Traité, et des Déclarations adoptées à partir de celle de Rome du 27 octobre 1984,
- à développer l'UEO en tant que composante de défense de l'Union européenne et comme moyen de renforcer le pilier européen de l'Alliance atlantique, conformément à l'engagement pris le 10 décembre 1991 dans la Déclaration sur le rôle de l'UEO et sur ses relations avec l'Union européenne et avec l'Alliance atlantique, jointe au Traité sur l'Union européenne
- à accepter dans son intégralité la teneur de la partie III de la Déclaration de Petersberg qui formera un élément du Protocole d'adhésion.

La plupart de ses fonctions sont en voie d'être transférées à l'Union européenne.
L'assemblée de l'Union de l'Europe occidentale est composée des délégations des états-membres de l'assemblée parlementaire du Conseil d'Europe. Incertaine du maintien de son existence future avec la disparition de l’UEO, elle a fait pression pour être reconnue comme l'«Assemblée européenne de la sécurité et défense».
Mais la fusion complète était prévue pour 2000. Cependant, en 2004 l'UEO existait toujours et continue à gérer une part importante de la planification militaire européenne.

Publié dans le 20 eme siecle

Commenter cet article