Jean monnet

Publié le par nc

Jean Monnet est né le 9 novembre 1888 à Cognac et mort le 16 mars 1979. Il est issu d'une famille de négociants en cognac et a débuté sa carrière dans l'entreprise familiale.

Devenu haut-fonctionnaire inter-allié en 1916, au cours de la Première Guerre mondiale, il propose au président du Conseil la coordination des ressources alliées. En 1919, il travaille à la création de la Société des Nations, et effectue des missions en Silésie, en Autriche, en Pologne et en Roumanie. En 1920, il est appelé au poste de secrétaire général adjoint de la nouvelle organisation internationale.
Démissionnaire en décembre 1923, pour rejoindre quelque temps l'entreprise de son père, Jean Monnet s'engage dans une carrière d'homme d'affaires et de financier international et travaille en France, aux États-Unis, puis en Chine, comme conseiller de Tchang Kaï-chek

L'image “http://www.europaallalavagna.it/200688/Immagini/monnet.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Rentré en France, en 1938, il préside, dès décembre 1939, au début de la Seconde Guerre mondiale, le comité de coordination visant à mettre en commun depuis Londres, les capacités de production de la France et du Royaume-Uni en vue de préparer et de coordonner l'effort d'armement.
Lorsque Hitler lance son offensive le 10 mai 1940, et avant la capitulation française, il arrive à convaincre Churchill, dans une note intitulée AngloFrenchUnity, une fusion immédiate de la France et du Royaume-Uni avec un seul Parlement et une seule armée, pour être plus fort face à l'Allemagne. Le général de Gaulle est chargé de faire signer le traité à Paul Reynaud, le Président du Conseil. Le dimanche 16 juin, de Gaulle, en mission à Londres, dicte lui-même au téléphone le texte de la note à Paul Reynaud. Le même jour il arrive à Bordeaux, apprend que Paul Reynaud est démis de ses fonctions le soir même, et que Philippe Pétain est devenu Président du Conseil.

En août 1940, Jean Monnet est envoyé aux États-Unis par le gouvernement britannique, pour négocier l’achat de fournitures de guerre. Les États-Unis étaient isolationnistes, mais il réussit à persuader le président Roosevelt de relancer l'industrie de guerre américaine, afin de pouvoir contre-attaquer très vite et très fort le moment venu. C’est la mise en place du « Victory program ». Jusqu’en 1945, il s’emploiera à coordonner l’effort de guerre entre le Royaume-Uni et les États-Unis. Dès 1942, il était prévu de construire 60 000 avions, 45 000 chars d’assaut et huit millions de tonnes de navires de guerre.
En 1943 à Alger, il devient successivement membre du Commandement civil et militaire de Giraud, puis membre du Comité français de la Libération nationale institué pour unifier l’effort de guerre des autorités françaises de Londres et d’Alger. En 1944, il est chargé d’évaluer les besoins qu’aura la France après la libération, et négocie auprès du gouvernement américain, les premiers prêts et les premiers accords de crédit. Mais cependant il n’a aucune responsabilité dans le lancement du Plan Marshall.

L'image “http://crdp.ac-clermont.fr/etabliss/monnet/Jean_Monnet/images/IMAGE25.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

À la libération, il est chargé du plan pour relancer l'économie, en tant que Commissaire au Plan, de décembre 1945 à 1952. Il est le père de la planification à la française. Le travail de ses services consiste à étudier la situation, à mettre en évidence les priorités, à évaluer les volumes de production souhaitables, à lancer les discussions sur les moyens de les mettre en œuvre, et surtout à lancer la reconstruction et la modernisation de l'appareil de production.
En janvier 1947, après de longs entretiens avec près d'un millier de personnes (patrons, syndicalistes et fonctionnaires), un plan est présenté au gouvernement de Léon Blum. Ce plan est l'affaire de tous et est soutenu par tous les syndicats ouvriers (CGT, CFTC), les syndicats agricoles et le CNPF.

Jean Monnet, travaille en secret à un projet de mise en commun du charbon et de l’acier, principales sources d'une possible industrie de guerre. Au printemps 1950, il propose son projet à Robert Schuman, celui-ci après s’être assuré de l’accord du chancelier Konrad Adenauer, fait le 9 mai 1950, une déclaration solennelle pour inviter tous les pays intéressés à poser « les premières bases concrètes d’une fédération européenne ».
Le traité de Paris de 1951, entérine la création de la Haute Autorité, l’Assemblée des Six, une Cour de Justice qui veille au respect du Traité, et un Conseil de Ministres qui assure l'harmonisation des politiques des États membres. C’est la préfiguration d'une Fédération européenne. La CECA est créée et Jean Monnet devient, de 1952 à 1955, le premier président de cette Haute Autorité de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA), installée à Luxembourg, le 10 août 1952. Dès 1953, le charbon et l'acier circulent librement en Europe pour le plus grand avantage des consommateurs aussi bien que des producteurs.

 pour lui, cette Europe des six en devenir, est le moyen de lier l’Allemagne et la France et de désamorcer la renaissance d'une rivalité séculaire, en plaçant les productions de l'acier et du charbon, dans le cadre d'une délégation de souveraineté. Mais il veut aller plus loin, car dès cette époque il est envisagé une armée nationale allemande, ce qui semble être un dangereux retour en arrière. Il propose donc la création d'une armée européenne, présentée par René Pleven dans le cadre d'un Plan de Communauté européenne de défense (CED). Un premier traité sera signé mais sous le gouvernement Mendès France, le Parlement français le rejette en 1954.
Suite à cette première grave crise européenne, Jean Monnet démissionne de la Haute Autorité et fonde le Comité d'action pour les États-Unis d'Europe, afin de poursuivre son activité en faveur de l’unité européenne à travers lui. Ce comité regroupe les forces syndicales et politiques des six pays et représente plus de dix millions de personnes. Il prône une fédération européenne et propose de placer le siège des institutions communautaires dans un « district fédéral » échappant aux souverainetés nationales. Jean Monnet l’anime jusqu'en 1975, et travaille sur les projets de traité pour le Marché Commun et d’Euratom, qui aboutissent au traité de Rome, le 25 mars 1957, et sur le projet d’élargissement de la Communauté au Royaume-Uni.

En 1963, il crée à Lausanne l’Institut de recherches historiques européennes dans le but de rassembler des archives significatives et de leur consacrer des recherches. Il assurera la présidence de cet institut jusqu’en 1965.
En 1975, à l’âge de 87 ans, il prend sa retraite définitive dans sa maison d’Houjarray pour écrire ses Mémoires. Il décède le 16 mars 1979, à l’âge de 91 ans. Ses obsèques ont lieu le 20 mars 1979 à Montfort-l'Amaury.

 

Publié dans biographie

Commenter cet article