aeroport d'orly

Publié le par nc

Le 1er janvier 1918, le ministère des Armées réquisitionne onze hectares sur le plateau de Longboyau, et un hangar s'y installe. C'est le début du camp d'aviation.
De plus en plus d'avions sont envoyés sur le front à partir de ce terrain. Le 31 mars 1918, pendant la Première Guerre mondiale, les Américains établissent leur base aérienne sur le plateau d'Orly. Il devient un terrain militaire, où les Français, Belges et Américains se côtoient jusqu'en 1919.
Après la Première Guerre mondiale, le terrain a une vocation essentiellement militaire pour la marine. Deux immenses hangars sont construits pour accueillir des dirigeables, versés à titre d'indemnités de guerre par l'Allemagne à la France. Mais les dirigeables sont perdus en Méditerranée, et les hangars seront occupés par des avions.
Déjà, un aéroport civil est installé au nord du site, accueillant des avions de passagers civils. Plusieurs écoles de pilotage sont installées à Orly. Le terrain accueille en outre la plupart des rencontres aéronautiques de l'époque.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le terrain est d'abord attaqué par la Luftwaffe, puis devient ensuite une base militaire allemande. Il est systématiquement bombardé par l'aviation alliée, et le 23 août 1944, l'US Air Force s'installe à Orly. C'est à ce moment que l'ancienne tour de contrôle est construite, encore visible aujourd'hui, ainsi que les pistes nord-sud (02/20) dont l'une est désormais abandonnée, mais toujours présente.
En 1945, la société Aéroports de Paris est créée, chargée d'exploiter les aéroports autour de Paris. Le 7 novembre 1946, les Américains rendent la gestion de l'aéroport à la France. Une aérogare provisoire, dite aérogare nord, est construite, de même que la piste 3 longue de 2 100 mètres. L'aéroport du Bourget reste encore, pour peu de temps, l'aéroport principal de Paris. Le salon de l'aéronautique se tient à Orly.
En 1947, la marine revient à Orly. En 1950 a lieu le dernier meeting aérien sur le site. Mais dès cette époque, le besoin d'un nouvel aéroport civil proche de Paris va donner un essor, et la prédominance définitive à l'activité civile. Air France quitte l'aéroport du Bourget pour Orly le 28 novembre 1952. L'aéroport du Bourget récupère le meeting aérien, devenu depuis le fameux Salon aéronautique du Bourget. Cette année-là, avec 1,2 million de passagers, Orly accueille déjà deux fois plus de passagers que l'aéroport du Bourget. L'ère de la marine prend définitivement fin le 1er mars 1954. Orly devient alors un aéroport entièrement civil

.Image:Ancienne tour TA23 Orly.jpg

L'armée française et l'armée américaine continuent cependant à utiliser parfois l'aéroport d'Orly, et ce, jusqu'à aujourd'hui. Par exemple, c'est d'Orly que sont parties les dernières troupes françaises pour l'Indochine, le 3 mai 1954.
l'aérogare Sud a été officiellement inaugurée le 24 février 1961 par le Général de Gaulle. Son architecture est innovante
Pour pouvoir agrandir l'aéroport, de nombreux terrains ont été réquisitionnés, et continueront à l'être dans les années suivantes.
Dans les années suivantes, l'aérogare Sud est visitée par des touristes qui viennent passer leur « dimanche à Orly ». De nombreux commerces dans l'aérogare, qui accueille de plus un cinéma avec deux salles, attirent touristes et locaux.
En 1963, plus de trois millions de visiteurs non passagers sont venus, faisant de cette aérogare le monument le plus visité de France, devant la tour Eiffel. Le nombre des touristes atteint même 4 millions en 1965.
L'aéroport s'équipe progressivement des installations adéquates. En 1953, le premier radar est mis en place.

Le 3 juin 1962 un Boeing 707 affrété par Air France et à destination d'Atlanta s'écrasa durant le décollage. Il y avait 132 personnes à bord ; 130 furent tuées. Les seules survivantes furent deux hôtesses de l'air qui étaient assises à l'arrière de l'appareil
La croissance du trafic est telle que l'aérogare Sud accueille 6 millions de passagers en 1965, et 9 millions en 1969, soit moitié plus que sa capacité théorique. En 1966 est inaugurée une nouvelle tour de contrôle à Orly, toujours en service actuellement. Dans le même temps, une nouvelle piste, dite 'piste 4' est construite. De plus, le transfert à Rungis du marché international favorise la croissance de l'activité de fret.
Mais déjà, la forte urbanisation de la banlieue parisienne rend difficile la cohabitation entre les riverains et l'aéroport. Le couvre-feu nocturne de 23h30 à 6h du matin entre en vigueur en avril 1968, par décision ministérielle.

Pour faire face à un trafic passager toujours en hausse, la construction de l'aérogare Ouest, conçue elle aussi par Henri Vicariot, est lancée en 1967. Elle entre en service le 26 février 1971, après 40 mois de travaux. Elle est organisée selon un schéma nouveau pour l'époque : les départs au premier étage, et les arrivées au rez-de-chaussée. L'aérogare d'Orly Sud sera réorganisée plus tard selon un schéma similaire. L'aérogare Ouest connaîtra de nombreux agrandissements par la suite.Image:Tour Orly.JPG

Mais l'aéroport d'Orly manque alors d'espace pour s'agrandir, la zone étant déjà fortement urbanisée, et les terrains disponibles limités. Pour faire face à sa saturation annoncée, l'aéroport de Roissy entre en service en 1974.
En 1991 est créée la liaison Orlyval permettant de relier l'aéroport à la gare d'Antony. Elle utilise le système de transport automatique VAL qui fut mis au point pour le métro de Lille et est aujourd'hui également utilisé à Rennes et Toulouse.

Apartir du milieu des années 1990, l'aéroport d'Orly change de vocation. Il devient un aéroport, essentiellement de passagers, avec des destinations nationales, européennes, mais aussi à destination du Maghreb, du Moyen-Orient, et des DOM-TOM français. Les vols long-courriers et transatlantiques partent progressivement à l'aéroport de Roissy, de même qu'une grande partie de l'activité de fret. Cette vocation est renforcée avec la création du hub d'Air France qui créé des navettes régulières à destination de Toulouse, Nice, Bordeaux et Marseille. Les navettes fréquentes et les compagnies low-cost démocratisent peu à peu le transport aérien, et le rendent plus facile.

 Accident et attentat a Orly

 Le 11 juillet 1973, un Boeing 707 de la compagnie brésilienne Varig effectuant la liaison Rio-Paris s’écrase près d’Orly après qu’un incendie se fut déclaré à bord. On compte 123 morts sur 134 personnes à bord.

 Le 3 mars 1974 la vol 981 de Turkish Airlines pour Londres s'écrase dans la foret d'Ermenonville, peu après avoir décollé de Orly. Cet accident, connu sous le nom de catastrophe d'Ermenonville, est due à une mauvaise fermeture de porte. Le décompression fit exploser le MacDonnell Douglas DC-10, et tua les 346 passagers à bord.

Le 13 janvier 1975 a lieu un célèbre attentat à Orly. Des terroristes soutenus par le FPLP, avec le célèbre Carlos à leur tête, tirent avec un lance-roquettes sur un avion de la compagnie israélienne El-Al, mais le ratent. Un avion yougoslave est touché, faisant 3 blessés. La terrasse d'Orly Sud sera fermée au public à la suite de cet événement. Progressivement, beaucoup de compagnies quittent Orly pour Roissy. Peu à peu, l'aérogare perd sa fréquentation touristique, et le cinéma est définitivement fermé en 1982.

Le 19 janvier 1975, Carlos revient avec deux autres personnes. Ils attaquent l'aéroport et prennent deux personnes en otage. Ils demandent et obtiennent un avion pour partir à Bagdad. Cette attaque a fait 21 blessés.

Le 20 mai 1978, une fusillade éclate dans la zone internationale de l'aéroport d'Orly Sud, au comptoir d'El Al, tuant quatre personnes, dont les trois terroristes.

Le 12 juin 1980, Action directe commet un attentat contre la consigne de l'aéroport, blessant 8 personnes.

Le 15 juillet 1983, un attentat à Orly, visant le comptoir de la compagnie Turkish Airlines, fait 8 morts et 55 blessés.

Publié dans le 20 eme siecle

Commenter cet article